100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.04.2010 08h22
Le commerce entre les pays BRIC aide à stabiliser les économies durant la crise

Le commerce entre le groupe des Bric, à savoir le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine, a contribué à stabiliser l'économie des quatre pays durant la crise financière internationale en 2009, ont déclaré des spécialistes économiques, lors d'un séminaire qui s'est tenue mercredi à Brasilia.

Les échanges commerciaux entre les quatre pays ont continué à progresser dans un contexte où le volume du commerce international s'est contracté, ont affirmé les experts.

"Il est correct de dire que les pays Bric ont laissé la crise derrière eux", a indiqué Dr. Biswat Dhar, un expert du Centre de recherche et d'enquête basé en Inde. "La croissance du commerce s'est poursuivie en dépit de la crise. Maintenant, nous avons besoin de plus en plus de synergie d'exportation pour accroître les transactions commerciales", a-t-il ajouté.

Des experts ont fait savoir que le commerce entre les pays des Bric s'était développé plus rapidement que pendant des périodes similaires de déclin.

Au cours des neuf années se terminant en 2008, le commerce entre les quatre pays s'est multiplié par neuf alors que celui du monde a seulement doublé, a évoqué Zhang Yuyang, professeur en économie internationale de l'académie chinoise des Sciences sociales.

"Même dans ce cas-là, le commerce entre les pays Bric dispose d'un riche potentiel à exploiter", a affirmé M. Zhang.

La conception des Bric a été avancée en 2001 par Jim O'Neil, économiste en chef de la banque d'investissement américain, Goldman Sachs. Il a prédit que les quatre pays constitueraient une force dominante de l'économie mondiale en 2050.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : peine de mort pour un ancien haut responsable judiciaire de Chongqing
Tempête de neige à Harbin
Le monde entier s'unit et redouble sa vigilance à l'encontre du terrorisme nucléaire
La Turquie ne se désespère pas pour son adhésion à l'UE
Pourquoi les Chinois sont-ils tellement anxieux?
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine