100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.07.2010 08h15
Douze morts dans un affrontement entre l'armée turque et les rebelles du PKK

Trois soldats des forces de sécurité turques et neuf membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, illégal) ont trouvé la mort dans un affrontement armé dans le sud-est de la Turquie, a rapporté mardi l'agence de presse semi-officielle Anatolie.

Des rebelles du PKK, équipés d'armes à longue portée ont attaqué tôt mardi matin un avant-poste militaire turc dans la ville de Semdinli, dans la province d'Hakkari, tuant trois soldats et en blessant trois autres, a fait savoir Anatolie.

Neuf membres du PKK ont également perdu la vie dans l'affrontement, a précisé l'agence, ajoutant qu'une vaste opération a été lancée pour rechercher les rebelles du PKK présents dans la région.

Par ailleurs, un groupe de rebelles du PKK ont ouvert le feu sur une patrouille militaire dans la ville d'Yuksekova, située également dans la province d'Hakkari, blessant deux soldats.

Les forces armées turques ont indiqué que le PKK pourrait intensifier ses attaques pendant l'été, dans la mesure où davantage de membres de la guérilla du PKK arrivent en Turquie en provenance des zones montagneuses du nord de l'Irak pendant la saison chaude.

Le PKK, considéré comme un groupe terroriste par le gouvernement turc, les Etats-Unis et l'Union européenne, a pris les armes en 1984 en vue de créer une nation ethnique dans le sud-ouest de la Turquie. Depuis lors, près de 40.000 personnes ont perdu la vie dans les conflits liés à ce groupe armé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : Urumqi en paix, un an après les émeutes du 5 juillet 2009 au Xinjiang
L'économie chinoise continue à connaître une croissance vigoureuse
Le Japon devrait payer la Chine de retour
Regardez la Chine de manière objective !
Y a t-il un danger que la Chine oublie le passé ?
Qu'est-ce que la Chine peut apporter à l'Afrique ?
Des entreprises chinoises empêchées d'investir aux Etats-Unis : un nouveau rideau de fer pour garantir la « sécurité de l'Etat » ?