100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.08.2010 13h20
L'interdiction d'exportation de céréales, une décision douloureuse pour la Russie (ANALYSE)

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi que la Russie mettrait en oeuvre une interdiction temporaire sur l'exportation de céréales, en raison de la chaleur et de la sécheresse, amenant les contrats à termes sur le blé, un produit financier de référence, à un plus haut de 23 mois sur les marchés mondiaux.

Les experts russes estiment que cette interdiction est une décision difficile pour ce pays, le premier exportateur de céréales au monde.



UNE DECISION DIFFICILE

"En raison de la température anormalement élevée et de la sécheresse, je considère envisageable d'imposer une interdiction temporaire sur les exportations de céréales et d'autres produits dérivés de céréales russes vers d'autres pays", a dit M. Poutine.

Il a également décidé d'offrir aux agriculteurs souffrant de cette catastrophe 35 milliards de roubles, soit environ 1,17 milliards de dollars, dont 10 millions de roubles (335 millions de dollars) nécessaires pour le remboursement, tandis que le reste sera transféré sous forme de crédit privilégié sur trois ans.

"Bien sûr, nous souhaiterions gagner de l'argent en vendant nos céréales mais aujourd'hui la tâche prioritaire est de soutenir les producteurs", a dit M. Poutine.

Le gouvernement avait décidé mercredi de reporter les interventions sur le marché des céréales prévues le 4 août, avant la publication de nouvelles informations sur les besoins de la région.

Dmitry Relko, directeur de l'Institut moscovite sur la conjoncture des marchés agricoles, a déclaré à Xinhua que cette interdiction était "très difficile et douloureuse" pour les exportateurs de céréales russes.

"C'est inévitable, bien que ce soit une mesure très douloureuse pour nous et pour nos exportateurs et exploitations agricoles ainsi que pour nos acheteurs qui avaient déjà signé des contrats avec nous et qui vont maintenant devoir chercher des nouvelles sources" a dit M. Relko.

Trouver un remplacement approprié pour les céréales russes ne sera pas chose aisée, a-t-il ajouté.

La Russie, l'un des plus grands producteurs et exportateurs de céréales au monde, en a exporté 20 millions de tonnes en 2009.

Plus tôt cette année, les experts ont estimé que la Russie serait en mesure d'exporter jusqu'à 15 millions de tonnes de céréales, blé et orge principalement, en 2010. Toutefois, ces perspectives se sont dégradées avec les chaleurs estivales record qui se sont abattues sur la Russie de manière inattendue.

Selon les chiffres les plus récents, les incendies et la sécheresse qui frappent l'ouest et le centre de la Russie ont détruit 10 millions d'hectares de récoltes, ce qui représente 20 pourcent des terres cultivées de Russie.

Le ministère de l'agriculture a révisé à la baisse la semaine dernière ses prévisions sur la récolte céréalière de cette année, de 90 millions de tonnes à une fourchette de 70 à 75 millions de tonnes.



UNE INTERDICTION TEMPORAIRE ?

Selon le gouvernement, l'interdiction des exportations de céréales sera en vigueur du 15 août au 31 décembre. Toutefois, M. Relko a déclaré qu'il ne pensait pas que la Russie reprendrait ses exportations de céréales après le délai annoncé.

Dans ce cas, cela aurait de graves implications pour les producteurs céréaliers nationaux axant leur activité sur l' exportation.

"Si la Russie reste isolée du marché céréalier mondial pour une longue durée, nos producteurs céréaliers privés devront se tourner vers d'autres activités ou vers le marché intérieur, moins rentable", a dit M. Relko.

Toutefois, cela ne sera pas une tragédie pour les agriculteurs qui ont déjà presque tous diversifié leurs activités dans divers domaines, estime cet expert.

Par ailleurs, Oleg Axionov, directeur du département de l' industrie agroalimentaire au sein du ministère russe de l' Intérieur, a déclaré à Xinhua que la décision de M. Poutine de stopper les exportations céréalières n'affecterait pas la position de la Russie sur le marché céréalier mondial.

"Nous ne ferons aucun cadeau aux autres acteurs, et ces mesures ne sont que temporaires, en attendant des estimations précises de la récolte de cette année", a dit M. Axionov. "Au sein de ce ministère, nous prendrons toutes les mesures dans l'intérêt du pays".

Suite à l'annonce de cette mesure par M. Poutine, la Russie a également proposé à la commission de l'Union douanière, formant une entité unique sur le plan douanier avec la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan, d'adopter les mêmes mesures dans ces pays.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : la production d'or en 2010 vers un niveau record
La consommation d'énergie par unité du PIB en Chine en hausse de 0,09% durant le premier semestre 2010
Les images d'une évacuation musclée de squatteurs suscitent une polémique qui montre l'échec de la nouvelle politique française d'immigration
Les ministres français partent en vacances avant de se lancer dans une nouvelle série de vifs débats
La forte croissance de la population de l'UE est-elle due à l'immigration ?
Un expert regarde la Chine de l'extérieur
Sûre de son bon droit, la Chine doit insister pour que l'OMC prenne en compte ses réclamations