100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 30.08.2010 11h01
Des « moments difficiles » en perspective pour les relations sino-européennes

La Chine et l'Union Européenne commencent aujourd'hui lundi des discussions qui vont durer une semaine afin de coordonner leur position sur des problèmes bilatéraux et internationaux avant toute une série de sommets mondiaux à venir. Mais un haut dirigeant européen, qui va diriger la délégation et qui est souvent considéré comme le ministre des affaires étrangères de l'UE, a prédit que les relations bilatérales entre la Chine et l'Union devraient encore connaître des « moments difficiles ».

Catherine Ashton, car c'est elle dont il s'agit, haut représentant de l'Union Européenne pour les affaires étrangères et les politiques de sécurité, s'est envolée dimanche pour la Chine afin de diriger un dialogue stratégique au menu particulièrement riche, comportant de nombreux sujets interdépendants, comme le commerce, les finances, la sécurité et l'environnement. Ce sera le premier dialogue stratégique de haut niveau entre la Chine et l'Europe depuis qu'elle a pris ses fonctions en décembre 2009.

Cette visite intervient avant un sommet des Nations Unies sur le développement en septembre, la huitième Rencontre Asie-Europe et un sommet Chine-Europe en octobre, un sommet du G20 en novembre et une conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Cancun à la fin de cette année.

« C'est pour cela que je suis en Chine cette semaine, afin de coordonner plus étroitement nos politiques et développer notre coopération sur des sujets internationaux importants », a déclaré au China Daily Mme Ashton, avant son départ.

Mais elle a également prédit que les relations sino-européennes pourraient connaître davantage de « moments difficiles » avant de pouvoir retrouver ce qui avait été considéré comme une lune de miel, il y a quelques années déjà.

Mme Ashton, qui est aussi Vice-présidente de la Commission Européenne, a dit que les relations sino-européennes ont besoin d'une attention constante de la part des deux partiess, si elles veulent maintenir et bâtir la confiance, dont certains européens pensent qu'elle a été érodée durant la période de remodelage de l'ordre mondial multi-polaire, dans un contexte de crise financière.

« Nous devons communiquer – parler franchement, même - afin d'échanger des idées et de reconnaître qu'il y a eu, et qu'il y aura encore, des moments difficiles, notre relation devenant mature », a dit Mme Ashton.

C'est son homologue chinois, membre du Conseil des Affaires d'Etat, Dai Bingguo, qui devrait accueillir le dialogue stratégique dans le Guizhou, sa province natale. Cela devrait permettre à Mme Ashton de mieux saisir la réalité chinoise après sa visite à l'Expo de Shanghai en mai dernier. Rappelons que le PIB par tête de Shanghai (11 409 Dollars US en 2009) est sept fois supérieur à celui du Guizhou.

« Je suis enthousiaste à l'idée de visiter (la capitale provinciale de) Guiyang », a dit Mme Ashton. Elle a ajouté que, quand elle était à Shanghai et s'était mise d'accord avec M. Dai sur l'idée d'un dialogue stratégique, ils avaient décidé que la session d'ouverture se tiendrait dans un endroit éloigné des gratte-ciels illuminés des grandes villes de Chine.

Mme Ashton avait déclaré vouloir visiter la campagne chinoise, où près de deux-tiers des Chinois vivent encore. Le Conseiller Dai avait alors suggéré de tenir la réunion dans sa province natale du Guizhou, marquée par la pauvreté.

A Beijing, Mme Ashton devrait rencontrer le Premier Ministre Wen Jiabao et le Ministre des Affaires Etrangères Yang Jiechi. L'UE et la Chine ayant établi un partenariat stratégique, les sujets abordés devraient aller au-delà des strictes relations bilatérales pour couvrir les principaux défis auxquels fait face le monde aujourd'hui. « Pour nous tous, la grande question est de savoir dans quel sorte de monde la prochaine génération va vivre », a-t-elle dit.

Mme Ashton a laissé entendre que les sujets couvriraient une vaste gamme de problèmes, allant du commerce aux finances et de la sécurité au changement climatique. « Une partie des succès de la Chine est due à l'économie mondiale ouverte et ses règles communes. Si ce système doit perdurer, il aura besoin pour cela des efforts actifs de tous les pays importants, et bien évidemment, la Chine est désormais l'un de ceux-là », a-t-elle dit. « C'est vrai pour le commerce, mais ça l'est aussi dans les secteurs de la banque, de la sécurité et de l'environnement ».

Mme Ashton a également signalé que la volonté européenne de lever l'embargo sur les armes à destination de la Chine n'avait pas changé, mais que l'UE continuerait à prendre en considération les « intérêts légitimes » de ses autres partenaires, dont les Etats-Unis.

Un obstacle demeure

« Les deux parties doivent travailler sur ce point », a dit Mme Ashton, ajoutant que le Conseil Européen des 16-17 décembre 2004 avait réaffirmé que les autorités politiques de l'UE continueraient à travailler dans le sens de la levee de l'embargo sur les armes.

Elle a lié cette éventualité aux droit de l'homme en Chine. « Des progrès sur les droits de l'homme en Chine seraient très utiles en ce sens », a dit Mme Ashton.

La Chine avait déclaré plus tôt que l'UE songeait à lever l'embargo, ce qui pourrait contribuer à développer les exportations et améliorer la balance commerciale bilatérale, mais il y a un obstacle dès qu'elle consulte les Etats-Unis.

Quant aux relations sino-américaines, Mme Ashton a déclaré que l'UE accordait une grande importance au maintien de la stabilité, de la sécurité et de la prospérité dans la région de l'Asie de l'Est et le développement de bonnes relations entre la Chine et les Etats-Unis est une partie de cela.

Elle a enfin déclaré que l'UE était satisfaite de constater que, sous l'administration Obama, les relations sino-américaines ont développé une forte « base institutionnelle ».

« Je suis convaincue que les deux côtés veulent que cette relation prospère ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine pourra assurer à 95% son autosuffisance en céréale en 2020
Hu Jintao et Wen Jiabao appellent à n'épargner aucun effort pour sauver les blessés d'un crash aérien
Le rapatriement de Roms ternit l'image de France
Il faut arrêter les propos disant que l'environnement d'investissement en Chine empire
Instituts Confucius : pourquoi faire tant d'histoires ?
Les travailleurs chinois à l'étranger rencontrent trois difficultés dans la défense de leurs droits et intérêts légitimes
L'appartenance de la Chine au pays en voie de développement ne doit pas être ignorée ni démenti