100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 02.09.2010 16h50
Belgique : le chef de file des nationalistes flamands rejette "la responsabilité du chaos"

Le chef de file des nationalistes flamands, Bart De Wever, a rejeté, lundi soir sur la RTL TVI, toute responsabilité du chaos politique éventuel, en répondant à une mise en garde du préformateur du gouvernement fédéral, Elio Di Rupu, dans la journée.

"Je ne suis pas responsable du chaos", a affirmé le président de la Nouvelle Alliance flamande (N-VA), en exigeant de nouvelles méthodes de négociations.

Il a proposé de passer désormais par des entretiens en tête à tête entre M. Di Rupo, le président du Parti socialiste (PS) francophone, et lui. Les cinq autres partis politiques qui participent aux négociations sur les réformes institutionnelles de l'Etat en seront informés plus tard du contenu des rendez-vous- vous tenus en très petits comités.

Selon M. De Wever, du temps est perdu lorsqu'il s'agit de réunir l'avis de tout le monde.

"Je pense qu'il est nécessaire de lâcher sa propre communauté et de faire des propositions qui sont peut-être dures et difficiles, mais qui sont nécessaires. C'est ça qu'il faut faire. Tant que nous devons attendre tous les autres partis et avoir l'avis de tout le monde, c'est très difficile", a-t-il expliqué.

"Pour la N-VA, la responsabilité financière reste un élément crucial dans les négociations. Et je ne peux que constater que sur ce domaine, on n'a que des promesses vagues et on nous demande de signer un chèque blanc pour Bruxelles. Cela ne va pas", a dit M. De Wever.

"Il nous faut un changement copernicien. C'est ça que la N-VA veut organiser et c'est ça que les électeurs flamands ont voulu. Peut-être que l'on ne comprend pas comment les Flamands ont voté le 13 juin" dans l'élection législative, a estimé le président de la N-VA.

Dans sa déclaration de lundi midi, M. Di Rupo a affirmé que les partis "qui refuseraient un compromis équilibré conduiraient le pays vers l'aventure, voire le chaos politique".

Il a souligné que les réformes institutionnelles de l'Etat actuellement en négociation ne devraient pas être basées sur " l'appauvrissement d'une partie de la population" du royaume.

Source: xinhua

Commentaire
Les flamands ont la mémoire courte ... il était une époque ou ce sont les wallons qui les ...
Les flamands demande que le droit du sol doit prévaloir sur le droit des gens qui l'habite...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine et l'UE s'engagent à promouvoir les relations bilatérales
Chine: six personnes toujours portées disparues après une collision entre deux navires
Un été, témoin d'incessantes expulsions de Roms, qui « fait rougir la France »
Les liens sino-européens nagent encore dans l'incompréhension mutuelle
Le rapatriement de Roms ternit l'image de France
Il faut arrêter les propos disant que l'environnement d'investissement en Chine empire
Instituts Confucius : pourquoi faire tant d'histoires ?