100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.09.2010 08h03
France : manifestation dans plusieurs villes contre la politique sécuritaire du gouvernement

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues samedi dans la rue en France pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de la politique de sécurité du gouvernement français, surtout la politique envers les gens de voyage.

A Paris, la manifestation a été ouverte devant le siège du ministère de l'Immigration, où les chanteuses Jane Birkin et Jeanne Cherhal, la cinéaste Agnès Jaoui, ainsi que d'autres artistes ont chanté "Les Petits Papiers", la célèbre chanson du chanteur disparu Serge Gainsbourg, selon le quotidien Libération.

Les manifestants sont ensuite partis pour la place de la République pour rejoindre un cortège de Roms roumains, dont le campement avait été détruit le 12 août à Choisy-le-Roi, près de Paris, selon le journal proche de l'opposition française.

Des hommes politiques issus de l'opposition, ainsi que des représentants syndicaux et associatifs, ont participé à la manifestation de Paris, sur la place de la République, où des milliers de manfestants se sont réunis en début de l'après-midi, ont constaté des journalistes de Xinhua.

"Liberté, égalité, fraternité", "Non à la xénophobie et à la politique du pilori", "Chaque homme est grand", "La France et l'Europe doivent protéger les réfugiés", lisait-on sur les banderoles tenus par les manifestants.

A Lyon, Marseille, Rennes comme dans d'autres villes françaises, des milliers de manifestants ont également été mobilisés par des ONG et partis d'opposition qui ont décrit la politique du pouvoir comme "xénophobe".

Fin juillet, le président français Nicolas Sarkozy a durci son ton envers les gens de voyage, après des incidents de violences survenus à Saint-Aignan (ouest) et à Grenoble (centre).

Le gouvernement français a ensuite annoncé le démantèlement des camps illégaux construits par les gens de voyage et le rapatriement de quelque 700 Roms d'origine roumaine et bulgare. Ils sont accusés d'avoir provoqué des problèmes sociaux, notamment des risques de sécurité et l'occupation illicite de terrains ou d'immeubles.

Cette action ont provoqué des inquiétudes et des critiques à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. Le Parti socialiste ( opposition) a reproché au président Sarkozy de "se rapprocher de l'extrême droite" en vue d'élargir son électorat.

La Roumanie, l'Union européenne même le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale des Nations Unies (CERD) ont respectivement exprimé leur inquiétude devant la politique française à l'égard des Roms.

"La lutte contre l'immigration irrégulière ne doit pas être instrumentalisée de part et d'autre", a indiqué il y a une semaine le Premier ministre français François Fillon, en réaction des polémiques et critiques.

[1] [2]

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine et l'UE s'engagent à promouvoir les relations bilatérales
Chine: six personnes toujours portées disparues après une collision entre deux navires
Un été, témoin d'incessantes expulsions de Roms, qui « fait rougir la France »
Les liens sino-européens nagent encore dans l'incompréhension mutuelle
Le rapatriement de Roms ternit l'image de France
Il faut arrêter les propos disant que l'environnement d'investissement en Chine empire
Instituts Confucius : pourquoi faire tant d'histoires ?