100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 14.09.2010 08h15
Cachemire indien : 14 morts et des dizaines de blessés suite à des manifestations contre la profanation du Coran

Au moins 14 personnes, dont un policier, ont été tuées pendant que des dizaines d'autres ont été blessées lundi dans le Cachemire indien lorsque la police a ouvert le feu pour maîtriser les violentes manifestations contre une prétendue profanation du Coran aux Etats-Unis, ont indiqué des résidents locaux.

La police et les officiels gouvernementaux n'ont pas encore confirmé les décès.

Des centaines d'habitants musulmans de la région ont envahi les rues violant le couvre-feu lorsqu'une chaîne de télévision iranienne a montré un groupe de personnes qui déchirait des pages du saint Coran à Washington.

Les manifestations ont envahi les rues scandant des slogans "A bas les Etats-Unis!" et "Mort aux profanateurs du Coran!".

En dehors de Srinagar, la capitale d'été de la région, des manifestations et des heurts violents contre la profanation du Coran ont aussi eu lieu à Budgam, Tangmarg, Bandipora, Charar-i- sherif, Pampore et dans d'autres villes.

Les manifestants courroucés des villes de Budgam et Tangmarg ont affronté la police et brûlé plusieurs immeubles gouvernementaux.

Les manifestants ont aussi incendié l'immeuble abritant l'Ecole missionnaire chrétienne à Tangmarg, une ville de Baramulla à 40 km au nord-ouest de Srinagar.

Terry Jones, un pasteur radical de Floride, a menacé de brûler le Saint Coran à l'occasion de la commémoration des attentats terroristes du 11 septembre. Il a, toutefois selon les médias, renoncé à exécuter son projet.

Le porte-parole de la police à Srinagar a qualifié les informations de rumeurs et a invité la population à garder le calme.

"Comme cela a été abondamment rapporté que le pasteur Terry Jones a annulé son projet de brûler le Saint Coran, le président américain, dans son allocution, a assuré les musulmans du monde qu'un tel acte ne sera pas autorisé," a indiqué une déclaration publiée par la police.

Entre temps, le chef séparatiste radical Syed Ali Shah Geelani a aussi invité la population à faire preuve de retenue sur la question de la profanation du saint Coran.

"Je peux comprendre que les émotions des musulmans du Cachemir aient été blessées par la profanation du Coran, mais en même temps, il nous faut les contrôler et ne pas créer une situation qui ouvrirait la porte à des intérêts particuliers pour la diffamation de l'islam et de notre mouvement," a indiqué Geelani dans une interview accordée à un journal local.

Les reportages sur la profanation du saint Coran ont davantage ravivé les tensions dans la région qui est en proie à l'agitation depuis trois mois.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Livre blanc : la politique des ressources humaines chinoise est devenue plus ouverte
La Chine conteste la gestion japonaise de l'incident du bateau de pêche chinois
L'alliance entre la politique et le commerce - tumeur maligne de la justice sociale
Les syndicats français défendent la retraite à 60 ans
Ce n'est qu'en disant la vérité que la voix de la Chine fera plus autorité
Présenter une Chine variée à l'Europe
La croissance chinoise se fait aussi avec les pays d'Afrique