100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.09.2010 15h04
Abbas pourrait démissionner si les négociations directes avec Israël échouent (responsable du Fatah)

Le président palestinien Mahmoud Abbas pourrait démissionner si les négociations directes avec Israël échouent, a indiqué samedi un responsable du mouvement Fatah dirigé par M. Abbas.

Jamal Mohissen, membre du Comité central du mouvement Fatah, a déclaré à l'agence de presse Xinhua que M. Abbas a fait part à la direction du Fatah et au comité exécutif de l'Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) qu'il pourrait prononcer une "décision sérieuse" si les négociations échouent.

La situation actuelle, selon laquelle Israël est peu probable de renouveler un gel partiel de la colonie en Cisjordanie, pourrait contraindre M. Abbas à prendre cette décision, a ajouté M. Mohissen.

M. Abbas ne devrait pas surprendre le comité central par la démission et "il ne devrait pas abandonner ses responsabilités devant une situation compliquée", a-t-il souligné.

Le président palestinien s'est mis d'accord à relancer les négociations directes de paix avec Israël, qui ont débuté le 2 septembre, après une rupture de 15 mois.

Les représentants palestiniens et israéliens ont entamé trois tours de négociations à Washington, à Sharm el Sheikh (Egypte) et à Jérusalem, sous les auspices des Etats-Unis. Toutefois, les deux parties n'ont pas encore conclu un accord sur des dossiers controversés, notamment celui sur la construction des colonies juives.

Selon les Etats-Unis, un accord de paix sur le Moyen-Orient peut être conclu d'ici un an. Pourtant, des mouvements extrémistes palestiniens s'opposent à ces négociations.

M. Abbas devrait rencontrer le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou vers la fin de cette semaine à New York, en marge de la 65ème session de l'Assemblée générale de l'ONU.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La détention du capitaine chinois constitue un obstacle aux relations sino-japonaises
La Chine appelle la Banque mondiale à accorder plus de droit de parole aux pays en développement
La Chine est confiante, mais n'est pas arrogante, elle veut écouter les différents points de vue des pays du monde
L'alliance entre la politique et le commerce - tumeur maligne de la justice sociale
Ce n'est qu'en disant la vérité que la voix de la Chine fera plus autorité
Les syndicats français défendent la retraite à 60 ans
Présenter une Chine variée à l'Europe