100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 26.10.2010 08h11
France : le mouvement social persiste malgré les vacances de la Toussaint (SYNTHESE)

Tandis que députés et Sénateurs se sont accordés sur la mouture finale du texte de loi qui devrait être définitivement adoptée mercredi 27 octobre, le mouvement social ne semble pas faiblir lundi 25 octobre, en pleine vacances de la Toussaint.

Les étudiants seront à nouveau dans la rue mardi avant de se joindre aux salariés appelés à manifester par l'intersyndicale pour la septième fois jeudi 27 octobre.

Sept des douze raffineries que compte la France sont toujours à l'arrêt. Les autres devaient se prononcer par vote dans la journée de lundi sur la poursuite du mouvement, qui dure depuis le 12 octobre.

La pénurie de carburant persiste. Une station sur quatre était à sec lundi 25 octobre et la situation n'est pas près de s' améliorer, sachant que les chauffeurs de camions-citernes étaient au repos dimanche.

L'absence de produits raffinés sur le territoire est compensée par des importations qui provoquent par ailleurs des hausses du prix des carburants à la pompe.

A Marseille, ville à la pointe du mouvement, la situation a plutôt tendance à se compliquer. Suite à la réquisition préfectorale, à compter de lundi 25 octobre, une partie des éboueurs est à son poste de travail, mais les deux principaux centres de traitement des ordures restent toujours bloqués.

Quelque 600 dockers et agents portuaires de la cité phocéenne ont par ailleurs bloqué lundi le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer dès 5 heures du matin, tandis que le nombre de bateaux en attente dans la rade du port ne cesse d'augmenter en raison de la poursuite de la grève.

Selon l'institut de sondage IFOP, la popularité de Nicolas Sarkozy est sensiblement en baisse. Seulement 29 % d'opinions lui sont favorables en octobre. Les commentaires recueillis et diffusés sur les ondes des radios indiquent en effet que les citoyens sont de plus en plus nombreux à partager un sentiment d' exaspération devant cette situation de crise.

Cependant, malgré les nombreux désagréments, l'opinion, dans sa majorité, ne se montre toujours pas hostile aux syndicats et aux grévistes.

Le remaniement ministériel annoncé par Nicolas Sarkozy semble être désormais la pièce maîtresse pour amorcer un retour à la normale.

Selon le ministère français de l'Economie, la facture des grèves ne "cesse de s'alourdir". Leur coût atteindrait 1,6 et 3,2 milliards d'euros pour les huit journées de perturbations.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Barrage des Trois Gorges : la production est en passe de dépasser les 80 milliards de KWh l'année prochaine
Chine : augmentation prochaine des prix au détail de l'essence et du diesel
Chine : Le Quotidien du peuple souligne une réforme politique étape par étape
Le Sénat français a adopté le projet de loi sur la retraite à 62 ans
Les Etats-Unis mènent une guerre monétaire
Pourquoi la Banque centrale augmente t-elle résolument son taux d'intérêt ?
Les Etats-Unis reculent dans leur dispute monétaire avec la Chine