100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.11.2010 09h44
Les Palestiniens pourraient refuser de tenir des négociations avec Israël en raison des mesures incitatives américaines proposées

Les Palestiniens pourraient refuser la reprise des négociations de paix avec Israël en raison des mesures incitatives américaines proposées à Israël, a indiqué un responsable palestinien dimanche.

Yasser Abed Rabbo, un membre du comité exécutif de l'Organisation de libération palestinienne, a affirmé que les Palestiniens rejetteraient toute position "induisant la légitimation des activités de construction de colonies après un certain temps".

Abed Rabbo a affirmé que les mesures incitatives, incluant la livraison à Israël des avions de combat F-35, entraveraient les efforts déployés dans le cadre du processus de paix et stimuleraient la tendance agressive d'Israël.

L'offre des Etats-Unis consiste à convaincre Israël de geler la construction de colonies en Cisjordanie durant trois mois. Israël étudie encore cette proposition, qui exclurait Jérusalem.

Les Arabes et les Palestiniens répondront à la proposition américaine après que Washington et Israël ait trouvé un terrain d'entente, a ajouté M. Abed Rabbo. "Nous n'intervenons pas dans la nature des discussions entre Israël et les Etats-Unis".

Les Palestiniens ont suspendu la participation aux négociations de paix sous les auspices des Etats-Unis en septembre, après qu'Israël ait repris la construction de colonies en Cisjordanie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine salue la démarche positive du Soudan en faveur d'un référendum dans le sud
Des pratiques illégales de travail à l'origine de l'incendie de Shanghai
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI