Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.12.2010 11h45
Sarkozy exprime son soutien à la demande indienne de devenir membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU

Le président français Nicolas Sarkozy, qui est arrivé samedi en Inde pour une visite de quatre jours, a indiqué que l'Inde mérite d'occuper un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Dans son discours prononcé à l'Institut spatial indien, à Bangalore, M. Sarkozy a exprimé son soutien total à la demande indienne de devenir membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU.

"L'Inde, ainsi que le Brésil, l'Allemagne, le Japon, l'Afrique et le monde arabe doivent avoir leur place au Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il affirmé.

M. Sarkozy est arrivé à Bangalore, première étape de sa visite de quatre jours en Inde, où il cherchera à renforcer les relations bilatérales dans les domaines spatial et de la coopération nucléaire civile. Il est accompagné de son épouse Carla Bruni et d'une délégation de haut niveau, dont plusieurs ministres importants de son gouvernement et des hauts responsables.

Le président français a indiqué par ailleurs que le terrorisme émanant du Pakistan et de l'Afghanistan constitue la principale source de l'instabilité dans le monde.

M. Sarkozy a promis que la France continuerait à fournir toute l'assistance possible pour le développement du programme nucléaire indien.

Le président français se rendra également à Agra, New Delhi et Bombay lors de son séjour en Inde. Une délégation de cinquante hommes d'affaires français est déjà arrivée en Inde dans le cadre de la visite présidentielle.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Russie et le Qatar respectivement désignés pays hôtes du Mondialde 2018 et 2022
Un haut conseiller politique chinois appelle à déployer plus d'efforts pour combattre la pauvreté
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations