Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.12.2010 11h58
Le Brésil envisage de créer un nouveau ministère pour réglementer les médias

La présidente brésilienne élue Dilma Rousseff devrait créer le ministère de la Communication pour réglementer le secteur des médias, a annoncé jeudi le président en exercice Luiz Inacio Lula da Silva.

Le gouvernement prépare actuellement une loi pour la création du nouveau ministère, qui va marquer le début d'une nouvelle politique des médias, a indiqué jeudi M. Lula dans une interview avec des stations de radio communautaires.

Mme Rousseff, qui va prendre le pouvoir le 1er janvier 2011, considérera cette question comme l'une des priorités de son gouvernement et soumettra le projet à la consultation publique ou à des débats au Parlement, a indiqué le président.

"Le nouveau ministère fait face à un nouveau paradigme de communication. Je voudrais vous prévenir qu'il y aura un débat sur ce projet. Bien entendu, ni le gouvernement ni les opposants au projet n'obtiendront un soutien à 100 %," a-t-il ajouté.

Les informations publiées par la presse ont estimé que le ministre du Plan, Paulo Bernardo, serait pressenti pour prendre la tête de ce nouveau ministère. Actuellement, le secteur des médias est placé sous la tutelle du Secrétariat de la Communication de la Présidence brésilienne.

La réforme connaît une forte opposition de la part des grands groupes de médias, tandis que plusieurs radios communautaires, médias alternatifs et spécialistes ont exprimé leur soutien au projet, affirmant qu'il est nécessaire de réduire le monopole des grands groupes médiatiques.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Russie et le Qatar respectivement désignés pays hôtes du Mondialde 2018 et 2022
Un haut conseiller politique chinois appelle à déployer plus d'efforts pour combattre la pauvreté
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
Le changement climatique est plus qu'un problème de négociations