Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.12.2010 12h05
Le Brésil reconnaît l'Etat palestinien

Le Brésil reconnaît l'Etat palestinien, a affirmé le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva dans une lettre adressée au président palestinien Mahmoud Abbas.

C'est ainsi que M. Lula a répondu au courrier que lui avait adressé M. Abbas le 24 novembre, qui appelle le Brésil à reconnaître l'Etat palestinien.

"L'initiative est conforme à la volonté historique du Brésil de contribuer au processus de paix entre Israël et la Palestine", indique vendredi un communiqué du ministère brésilien des Affaires étrangères.

"Il est en accord avec les résolutions des Nations Unies exigeant la fin de l'occupation des territoires palestiniens et l'instauration d'un Etat palestinien indépendant basé sur les frontières du 4 juin 1967", précise encore la lettre.

Le soutien de pays en dehors de la région arabe est essentiel pour encourager les négociations de paix israélo-palestiniennes, souligne le communiqué.

Ces dernières années, le Brésil a renforcé ses relations avec la Palestine, dans le cadre de sa politique de rapprochement avec le monde arabe et musulman, tandis que les liens avec Israël ont également été approfondis au cours des deux années passées.

Le Brésil a ouvert en 2004 un bureau de représentation à Ramallah.

M. Abbas est allé au Brésil en mai 2005 et en novembre 2009, et M. Lula s'est rendu dans les territoires palestiniens en mars dernier, précise le communiqué.

Source: xinhua

Commentaire
Bravo !
Bravo le Brésil ! Chapeau !!
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?
"Sommet de Hambourg" : l'Europe doit-elle embrasser le dragon chinois ?