Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.12.2010 11h19
Washington annonce un changement d'approche pour la paix au Moyen-Orient

Les Etats-Unis changeront de méthode pour traiter le conflit israélo-palestinien mais restent déterminés à aboutir à un accord-cadre d'ici un an, a déclaré mercredi le porte-parole du département d'Etat américain Philip Crowley.

Les "discussions intenses" avec Israël ces dernières semaines pour la prolongation d'un moratoire sur la construction de logements de colons juifs en Cisjordanie "étaient devenues d'une certaine façon un objectif en soi et non plus un moyen de réaliser un objectif", a noté M. Crowley devant des journalistes.

"Nous avons conclu qu'une prolongation du moratoire n'assurerait pas pour le moment la meilleure base pour la reprise des négociations directes", a affirmé le porte-parole du département d'Etat américain, lors d'un point de presse, "nous allons nous concentrer sur le contenu et essayer de commencer à progresser sur les questions clés elles-mêmes".

"J'appellerais cela un changement de tactique, et non un changement de stratégie, il n'y a pas du tout de changement dans nos objectifs", a-t-il ajouté.

Dans les jours et semaines à venir, les Etats-Unis s'engageront avec les Palestiniens et les Israéliens sur les questions clés, ainsi qu'avec des pays arabes et d'autres partenaires internationaux pour créer "une base solide" afin d'aller vers "nos objectifs partagés pour un accord-cadre sur tous les sujets liés au statut définitif", a indiqué le diplomate américain.

Les sujets clés comprennent la sécurité, les frontières, les réfugiés, le statut de Jérusalem et l'eau, selon des sources américaines. Lors du lancement des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens début septembre à Washington, le gouvernement américain du président Barack Obama souhaitait voir le règlement de tous les problèmes clés et la conclusion d'un accord de paix en un an.

Les négociations directes israélo-palestiniennes sont entrées dans l'impasse depuis mi-septembre, après le refus d'Israël de prolonger un moratoire sur la construction de colonies juives dans les territoires occupés.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le mois dernier à New York, proposant des mesures incitatives pour convaincre le gouvernement israélien de prolonger le moratoire sur la construction de colonies, propositions qui ont rencontré une opposition ferme des faucons au gouvernement Netanyahu.

"Nous continuons à poursuivre un accord-cadre sur les sujets liés au statut définitif", a indiqué M. Crowley, "nous continuons à croire que, pour régler ces problèmes clés, les négociations directes seront nécessaires. Nous consulterons les parties concernées sur le meilleur moyen d'atteindre cet objectif commun".

"Nous modifions notre approche, mais nous restons fixés sur l'objectif d'un accord-cadre d'ici un an, et nous pensons que cela est encore possible".

Environ 430.000 colons juifs vivent dans plus de 100 colonies construites dans les territoires occupés en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, occupés depuis la guerre des six jours au Moyen-Orient en 1967. La communauté internationale a condamné la construction de ces implantations, les qualifiant d'"illégales".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va améliorer le système de financement des hôpitaux en zone rurale
Trois satellites Glonass russes s'écrasent dans l'océan Pacifique
Qu'est-ce qui se cache derrière le "sacre" de Liu Xiaobo ? (COMMENTAIRE)
La façon bien peu élégante de la Norvège de traiter la Chine
Péninsule coréenne : la Chine reste neutre
L'UE doit davantage tenir compte des plaintes et des demandes de l'Afrique
Les enseignants doivent-ils vraiment se mettre à genoux devant leurs étudiants ?