Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 15.12.2010 08h11
L'OTAN maintiendra la pression sur les talibans en Afghanistan

La Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), dirigée par l'OTAN et forte d'un effectif de 140.000 militaires, a déclaré lundi que l'alliance militaire continuerait à maintenir la pression sur les militants talibans en Afghanistan en 2011, une année qui s'avère difficile.

"Du point de vue de l'ISAF, les combats ne cesseront pas et nous allons maintenir la pression sur les insurgés", a fait savoir le brigadier général Josef Blotz, porte-parole de l'ISAF, lors d'une conférence de presse.

Les forces conjointes de l'OTAN et de l'Afghanistan poursuivront leurs opérations dans l'ensemble du pays pour viser les repaires des militants, a précisé le porte-parole.

"Je tiens à dire que nous allons faire face à davantage de violences en 2011, et qu'il y aura davantage de combats, le travail n'étant pas fini", a-t-il déclaré à Xinhua.

Au cours des derniers raids menés contre les repaires des talibans dimanche soir, l'OTAN et les forces alliées ont arrêté plusieurs personnes soupçonnées de liaison avec des talibans impliqués dans un attentat suicide à la voiture piégée survenu dimanche matin au district de Jalai, dans la province de Kandahar, lieu d'origine des talibans. L'attaque a tué six soldats de l'OTAN et deux soldats de l'armée afghane.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : l'APN va continuer ses discussions sur un amendement au Code pénal
Editorial du «Quotidien du peuple»: inauguration du 12e plan quinquennal
Le football, symbole du combat de l'Afrique pour sa reconnaissance dans le monde (REPORTAGE)
Pourquoi y a-t-il moins d'embouteillages à Paris qu'à Beijing ?
« La plupart des Nations » s'opposent à la remise du Prix de la Paix à Liu Xiaobo
La plupart des membres de la communauté internationale ne soutiennent pas la décision erronée du jury du prix Nobel de paix
La France mène une diplomatie des « commandes » et les nouveaux pays émergents en sont la cible