Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 24.12.2010 08h31
Brésil : la présidente élue achève la formation du gouvernement

La présidente élue du Brésil, Dilma Rousseff, a nommé mercredi les deux derniers membres de son gouvernement, complétant la formation de celui-ci.

La députée Iriny Lopes a été nommée au secrétariat spécial pour les droits des femmes, et Afonso Florence deviendra ministre du Développement agricole.

La présidente élue n'a crée aucun nouveau poste au sein de son gouvernement.

Sur les 37 membres du gouvernement, 17 sont issus du parti des travailleurs (au pouvoir), alors que 6 sont issus du parti du Mouvement démocratique brésilien, auquel appartient le vice-président élu Michel Temer.

Six ministres sont issus d'autres partis alliés, et huit n'ont pas d'affiliation politique. Aucun poste ministériel n'a été accordé à un membre des partis d'opposition.

Mme Rousseff a conservé sept membres du gouvernement du président Luiz Inacio Lula da Silva. Les ministres des Finances, du Travail, de l'Education, de la Défense, de l'Agriculture et de l'environnement ont été maintenus en poste, et le ministre du Planning en exercice Paulo Bernardo assumera désormais les fonctions de ministre des Communications.

La première présidente élue du Brésil a inclus neuf femmes dans son gouvernement, un fait sans précédent dans l'histoire du Brésil.

Elles se sont vues attribuer les porte-feuilles du budget et du planning, de la pêche, des droits de l'Homme, du développement social, de l'égalité raciale, des droits de femmes, de la communication sociale, de l'environnement et de la culture.

Mme Rousseff et son gouvernement seront investis le 1er janvier 2011 à Brasilia, capitale du Brésil.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine rejette les critiques du Vatican sur ses affaires religieuses
Chine : hausse des prix de l'essence et du diesel
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher