Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.01.2011 12h56
Le Brésil salue l'adhésion de l'Afrique du Sud au BRIC

Le gouvernement brésilien a salué vendredi l'adhésion de l'Afrique du Sud au groupe des BRIC, qui comprend actuellement le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine.

"Forte de sa pertinence économique, de son action politique constructive et de son engagement aux questions concernant l'Afrique et l'agenda international, l'Afrique du Sud apportera une contribution importante au groupe", a indiqué le ministère brésilien des Affaires étrangères dans un communiqué.

L'Afrique du Sud est un pays avec lequel le Brésil développe un partenariat stratégique et mène un dialogue et la coopération à grande échelle dans le cadre du forum de dialogue des IBSA (Inde, Brésil et l'Afrique du Sud), a indiqué le communiqué.

L'Afrique du Sud et le Brésil sont également membres de groupes majeurs, tels que le G20, le G77 et le sommet Amérique du Sud-Afrique, a-t-il ajouté.

"L'adhésion de l'Afrique du Sud élargira la représentation géographique du mécanisme au moment où nous cherchons, au niveau international, à réformer le système financier et à accroître la démocratisation de la gouvernance mondiale", a indiqué le communiqué.

"BRIC" est un terme inventé en 2001 par l'économiste Jim O'Neill, économiste de la banque américaine Goldman Sachs, qui prédit que le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine seront les forces dominantes économiques d'ici 2050.

Le prochain sommet du BRIC se tiendra en avril 2011 à Beijing, Chine, et l'Afrique du Sud s'y adjoindra pour la première fois.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine soutient le dialogue entre la RPDC et la République de Corée et insiste sur les pourparlers à six
Un haut fonctionnaire du PCC rencontre le premier chauffeur de train à grande vitesse de Chine
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse