Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 17.01.2011 08h36
Washington s'allie avec des pays du Golfe pour contrer l'Iran et renforcer la lutte anti-terroriste (Analyse)

Au cours d'une tournée de cinq jours dans le Golfe, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a transmis des messages aux dirigeants régionaux indiquant que les Etats-Unis vont continuer de s'allier avec les pays du Golfe pour faire pression sur l'Iran et son programme nucléaire. Elle s'est également engagée à nouveau en faveur d'une solution à deux Etats au Proche-Orient.

Les analystes politiques estiment que ces messages visent à montrer la crédibilité de l'administration Obama quant au processus de paix au Moyen-Orient et qu'ils définissent la politique américaine dans la région pour les deux années à venir.

UNIR LES ALLIES POUR AFFRONTER L'IRAN

Sur le dossier nucléaire iranien, les Etats-Unis ont essayé d'obtenir le soutien de leurs alliés dans le Golfe, à savoir l'Arabie saoudite, le Koweït, les Emirats arabes unis (E.A.U), le Qatar, Oman et le Bahreïn. Tous ont des relations étroites avec Washington dans le domaine politique, économique, militaire et dans la lutte contre le terrorisme.

Les Etats-Unis possèdent une présence militaire importante dans le Golfe, une région riche en pétrole. Washington a initié les systèmes de défense aux E.A.U, au Qatar, au Koweït et au Bahreïn et un chantier, qui prévoit le doublement de la taille d'une base navale au Baheïn, a commencé en 2010.

A plusieurs reprises, des responsables américains ont indiqué qu'une attaque militaire ne pouvait être écartée pour régler la question nucléaire iranienne. En réponse, Téhéran a organisé plusieurs exercices militaires.

Lors de sa visite aux E.A.U, Mme Clinton a demandé aux pays du Golfe de s'opposer à l'Iran et de se concentrer sur les sanctions à l'égard de Téhéran.

Des analystes politiques ont indiqué que les pays du Golfe avaient appelé au dialogue et aux négociations pour régler le problème iranien, tout en engageant des relations militaires étroites avec les Etats-Unis, comme si une confrontation militaire entre Téhéran et Washington pouvait s'étendre à la région.

Le chef du département Opinion du quotidien koweitien Al-Jarida, Essam el-Desouki, a indiqué à l'agence Xinhua que Mme Clinton essayait de faire comprendre à Téhéran que les Etats-Unis peuvent "se faire beaucoup d'amis" parmi les voisins de l'Iran.

CREDIBILITE SUR LA SOLUTION A DEUX ETATS

Lors de sa visite, Mme Clinton a réaffirmé l'engagement de l'administration Obama en faveur du processus de paix au Proche-Orient, qui a connu des progrès limités en 2010 .

Elle a réitéré l'engagement des Etats-Unis en faveur d'une solution à deux Etats, assurant que Washington " y travaille tous les jours".

En 2010, Washington avait essayé de ramener Palestiniens et Israéliens à la table des négociations, avec un résultat très mitigé.

Mme Clinton a demandé aux pays arabes de s'engager à nouveau en faveur de la proposition saoudienne, terre contre paix, en vertu de laquelle le monde arabe doit normaliser ses relations avec Israël.

El-Desouki signale que Mme Clinton a essayé de montrer la crédibilité des Etats-Unis en ce qui concerne le processus de paix au Moyen-Orient. Les Etats-Unis ont besoin du soutien des pays du Golfe et de l'intégralité du monde arabe pour porter la solution à deux Etats, a-t-il ajouté.

RENFORCER LA COOPERATION AVEC LE YEMEN DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Au cours d'une visite surprise au Yemen, Mme Clinton a déclaré que les Etats-Unis allaient élaborer "une stratégie globale" allant au-delà de la simple coopération militaire pour relever les défis qui s'offrent aux nations arabes.

Les terroristes d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique ont lancé plusieurs attaques au Yémen en 2010. Ils ont par ailleurs revendiqué des actes terroristes préparés dans des pays occidentaux, comme la tentative de faire exploser un avion de ligne américain le jour de Noël 2009.

Les Etats-Unis vont poursuivre une approche équilibrée envers le Yémen, notamment une aide économique et politique, a indiqué Mme Clinton au président Ali Abdullah Saleh.

"Nous travaillons en partenariat avec le Yémen et d'autres pays du Golfe pour lutter contre le terrorisme, en particulier contre Al-Qaïda dans la péninsule arabique", a déclaré Mme Clinton, qui est la première secrétaire d'Etat américaine à se rendre au Yémen en plus de 20 ans.

En plus de la lutte contre Al-Qaïda, l'Etat pauvre du Yémen doit faire face à des rebellions dans le sud du pays.

El-Desouki a indiqué que les Etats-Unis avaient conscience que la coopération militaire ne suffisait pas pour lutter contre le terrorisme dans ce pays qui connaît des problèmes dans le domaine économique et social.

Il a ajouté que les Etats-Unis tâchaient de trouver de nouvelles pistes pour mieux coopérer et qu'ils avaient engagé un partenariat à long terme avec le Yémen.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : suspension de la production d'une usine sidérurgique à Beijing
La Chine annonce des politiques en faveur du développement des industries du logiciel et des circuits intégrés
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes
Une décennie de défis en perspective pour la Chine