Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 20.01.2011 13h23
Le Sommet économique arabe réaffirme l'importance de l'intégration économique régionale

Les dirigeants de pays arabes ont conclu mercredi le second Sommet économique, social et de développement arabe en adoptant une déclaration pour l'accélération de l'intégration économique régionale.

Cette déclaration approuvée par le sommet d'une demi-journée réaffirme essentiellement la détermination des dirigeants arabes à promouvoir la mise en oeuvre d'une série de programmes de développement économique annoncés dans les résolutions du Sommet de 2009 à Koweït, bien qu'aucune proposition concrète ne soit détaillée dans ce document.

Elle confirme les progrès réalisés en matière d'intégration économique régionale depuis le Sommet de Koweït, ajoutant que cette question est la première priorité des affaires économiques et sociales dans le monde arabe.

Elle promet de faire avancer la construction d' infrastructures, et en particulier le programme de réseaux ferroviaire, maritime et électrique, afin de réaliser l'objectif de long terme affirmé lors du sommet précédent, toutefois aucun plan d'action clair n'est indiqué pour ces projets essentiels.

La déclaration indique que les pays arabes continueront de déployer des efforts en vue d'établir une union douanière arabe, qui sera pleinement effective d'ici 2015, avec pour objectif à terme d'établir un marché commun arabe.

Les dirigeants arabes ont aussi promis de fournir des opportunités d'emploi aux jeunes arabes pour les intégrer à la société en canalisant la mise en oeuvre d'un fonds de deux millions de dollars envisagé pour soutenir des projets de petite et moyenne entreprises dans tous les pays arabes.

Ce sommet survient alors que les préoccupations économiques débouchent sur des turbulences politiques et sociales dans certains pays arabes tels que la Tunisie, la Jordanie et l'Algérie, où les manifestations se sont multipliées pour protester contre le chômage élevé, la hausse des prix et la corruption, témoignant de la dégradation des conditions économiques et sociales dans le monde arabe.

La mise en oeuvre de ces projets de développement, depuis leur présentation lors du sommet de Koweït, a été critiquée pour n' avoir pas tenu ses promesses au cours des deux dernières années, en partie du fait de l'impact durable de la crise financière mondiale sur la région arabe.

Commentant l'avancement de la proposition d'intégration économique lors de ce sommet, le ministre égyptien du Commerce et de l'Industrie Rachid Mohammad Rachid a déclaré à la veille de ce sommet que les questions politiques avaient tendance à l'emporter sur les questions arabes dans toutes les actions communes arabes, et que les gouvernements arabes rechignaient à renoncer à une part de leur autorité locale pour renforcer les mesures collectives arabes.

Dix chefs d'État, ainsi que des chefs de gouvernement et des représentants de haut niveau d'autres pays de la Ligue arabe, qui en regroupe 22, ont assisté à ce sommet, qui s'est soldé par la décision d'organiser la troisième édition de cet événement en Arabie saoudite en 2013.

Source: xinhua

Commentaire
bonjour,les pays arabes se réveilent une fois qu'il y a le feu,ils ne sont pas crédible d...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine approuve un projet de réglementations pour mieux protéger les propriétaires
La Chine poursuivra les exportations des terres rares, envisageant la mise en place de quotas annuels
Flatter la Chine sur le « rachat de l'Europe »
La Chine contribue à soulager la crise de la dette européenne
Les étrangers connaissent-ils réellement la Chine ?
Comment les Français imaginent la Chine ?
Les excédents commerciaux de la Chine sont gonflés par des méthodes d'évaluation obsolètes