Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.02.2011 17h35
Le bilan du séisme en Nouvelle-Zélande s'élève à 75 morts

Le bilan officiel du violent séisme de magnitude 6,3 qui a secoué mardi la ville néo-zélandaise de Christchurch, s'élève à 75 morts, a déclaré mercredi le maire de la ville, Bob Parker.

55 victimes ont été identifiées, tandis que la mort de 20 autres personnes, dont les corps n'ont pas encore été retrouvés, a été confirmée, a rapporté mercredi l'agence de presse néo-zélandaise, Press Association.

Environ 300 personnes seraient portées disparues, les autorités étant actuellement en train d'en dresser la liste, selon la même source.

Le Premier ministre néo-zélandais John Key a décrété mercredi l'état d'urgence à l'issue d'une réunion d'urgence du cabinet.

Le directeur de la Défense civile John Hamilton sera chargé du contrôle du fonctionnement, des responsabilités et des mandats des groupes de gestion d'urgence disséminés dans le pays.

Des centaines de secouristes, de pompiers, de soldats et de volontaires ont passé la nuit sur les sites à tenter de sauver ceux qui sont enterrés vivants.

Les groupes de secours concentrent leurs efforts sur les 10 bâtiments recelant le plus de victimes potentielles.

Le chef des opérations spéciales des services de pompiers, Jim Stewart-Black, a indiqué que plus de 200 secouristes se trouvaient sur place et que dans les 48 heures à venir, 500 éléments supplémentaires seraient déployés sur les sites.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
La Chine va renforcer la prévention des maladies infectieuses durant le printemps et l'été
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence