Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.02.2011 17h39
La Chine qui assumera en mars la présidence tournante du Conseil de sécurité de l'ONU fera son devoir (ambassadeur chinois)

La Chine va assumer en mars prochain la présidence tournante du Conseil de sécurité de l'ONU de manière équitable et objective afin d'assurer le maintien de la paix et de garantir la sécurité internationale, a indiqué jeudi à New York le représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies, Li Baodong.

M. Li a tenu ces propos devant les médias chinois basés à l'ONU, à l'issue d'un entretien avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Une rencontre dédiée aux travaux du Conseil de sécurité pour le mois de mars.

"En tant que pays assurant la présidence tournante et membre permanent du Conseil de sécurité, la Chine se doit de rester objective, neutre, pragmatique et efficace, et ce afin de garantir la réussite du travail du Conseil de sécurité, le maintien de la paix et de la sécurité internationales de manière efficace", a indiqué M. Li.

Le programme provisoire stipule que le Conseil du sécurité devra aborder en mars des questions telles que l'Afghanistan, le Moyen-Orient, le Liban, le Liberia et la Sierra Leone, a précisé l'ambassadeur chinois.

Sur proposition de la Chine, le Conseil de sécurité devrait convoquer le 10 mars un débat public sur la Somalie, afin d'élaborer une stratégie globale pour promouvoir une solution appropriée aux problèmes rencontrés par ce pays, a-t-il précisé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'«Année de la Jeunesse » Chine-UE s'est inaugurée à Beijing
Hu Jintao et Wen Jiabao ordonnent aux autorités concernées de faire tout leur possible pour assurer la sécurité des Chinois en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence