Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 02.03.2011 09h04
Le ministre français des AE juge qu'une intervention militaire en Libye serait "extrêmement contre-productive"

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a jugé lundi soir dans une émission télévisée qu'une éventuelle intervention militaire en Libye serait "extrêmement contre-productive" mais soulignant qu' "aucune option n'est exclue définitivement".

"Je ne sais pas quelle serait la réaction de la rue arabe, des populations arabes tout au long de la Méditerranée si on voyait les forces de l'OTAN débarquer sur le territoire du sud méditerranéen (...) Je pense que cela pourrait être extrêmement contre-productive", a indiqué le chef de la diplomatie française lors d'une émission sur la chaîne de télévision française TF1.

Au lieu de tenter de régler la crise libyenne par moyens militaires, "nous essayons d'accentuer les pressions pour faire tomber Kadhafi", a expliqué le ministre.

"Pour nous il y a une règle très stricte, c'est que c'est le Conseil de sécurité des Nations Unies qui a la légitimité pour décider de la paix ou de la guerre. Car intervenir, c'est faire la guerre", a répondu M. Juppé à l'hypothèse d'une intervention militaire avancée pas les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Néanmoins, il est encore trop tôt pour le ministre de décider de s'opposer à une telle intervention par un veto au Conseil de Sécurité. "Il faut qu'on en discute et il faut aussi voir comment évolue la situation. En fonction de cela, nous nous adapterons. Aucune option n'est exclue définitivement", a fait remarquer le ministre.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
Evacuation de Chinois de Libye : le Premier ministre chinois adresse des messages de reconnaissance à la Grèce et à Malte
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence