Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 02.03.2011 13h08
Allemagne: la démission du ministre de la Défense met Merkel sous pression (ANALYSE)

La démission annoncée mardi du ministre allemand de la Défense Karl Theodor zu Guttenberg représente une menace sérieuse pour la chancelière allemande Angela Merkel et son parti, l'Union chrétienne-démocrate(CDU). Elle a non seulement perdu son ministre le plus populaire, mais elle a également démontré son manque de pouvoir de réaction dans sa manière de gérer la crise initiée par des accusations de plagiat contre Guttenberg.

M. Guttenberg a annoncé sa démission mardi matin lors d'un point de presse tenu au ministère de la Défense, reconnaissant qu'il ne pouvait plus supporter les pressions. Ces deux dernières semaines, les accusations de plagiat visant sa thèse de doctorat sont en effet devenues de plus en plus violentes.

Dans une lettre ouverte remise mardi à la chancelière, plus de 20 000 universitaires ont accusé Mme Merkel de "ridiculiser" la communauté scientifique en minimisant le scandale du plagiat de Guttenberg.

Mme Merkel avait manifesté son soutien à son ministre de la Défense, en argumentant qu'elle avait nommé Guttenberg "non comme assistant scientifique mais comme ministre". Un soutien qui se révèle aujourd'hui avoir été un peu hâtif.

La position de Mme Merkel est ainsi considérablement affaiblie par cette démission. Elle a donné l'image d'une femme passive, incapable de prendre des mesures. Lors d'un bref point de presse, elle a simplement exprimé sa "surprise" après l'annonce de Guttenberg.

L'opposition n'a pas été longue à réagir. Les présidents du groupe parlementaire du parti des Verts au Bundestag, Renate Kuenast et Juergen Trittin, ont qualifié la démission de Guttenberg de "grande honte" pour la chancelière.

Le leader du Parti socialiste "Die Linke", Gesine Loetzsch, a déclaré que les citoyens allemands auraient été "irrités", si Guttenberg était resté en place.

De leur côté, les membres du gouvernement fédéral ont tenté de minimiser l'influence de cette démission. Le ministre du Développement, Dirk Niebel, l'a qualifiée de décision "cohérente et respectable". La ministre de la Justice, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger (FDP), a nié le fait que cette décision puisse avoir des conséquences graves sur la stabilité du gouvernement.

Dans le même temps, les sondages montrent qu'une majorité de la population allemande reste attachée à Guttenberg, qui demeure l'homme politique le plus populaire du pays malgré la crise.

De plus, cette démission intervient au pire moment pour le CDU et Mme Merkel. Six élections régionales vont avoir lieu dans les mois à venir, dont une primordiale en Baden-Wuerttemberg, bastion du CDU, qui dirige l'Etat depuis 58 ans.

Le gouverneur de l'Etat de Baden-Wuerttemberg, Stefan Mappus, avait qualifié lundi Guttenberg d"'homme politique excellent" assurant que la polémique allait retomber.

Les derniers développements de cette crise au niveau fédéral vont sans doute mettre M. Mappus et le CDU sous pression et servir aux partis d'opposition pour tenter remporter cette élection régionale.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
Evacuation de Chinois de Libye : le Premier ministre chinois adresse des messages de reconnaissance à la Grèce et à Malte
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence