Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.03.2011 09h29
Pour Hermès, LVMH est un actionnaire "ni désiré ni désirable" (INTERVIEW)

La participation du groupe de luxe LVMH dans le capital du sellier Hermès "n'a été ni désirée ni désirable", a déclaré le gérant du groupe Hermès, Patrick Thomas, dans une interview récente à Xinhua.

"Je pense pas que cet actionnaire puisse nous apporter grand-chose. Nous disons simplement que sa participation n'a été ni désirée ni désirable", a déclaré M. Thomas, faisant allusion au groupe LVMH, qui avait annoncé en octobre dernier son entrée surprise à la hauteur de 17,1% dans le capital de Hermès, puis à la hauteur de 20,21%.

En octobre dernier, le géant de luxe LVMH avait déclaré vouloir "apporter un soutien sans réserve", et ne pas envisager ni de présenter une offre publique d'achat, ni de prendre le contrôle d'Hermès, ni de solliciter de représentation au sein du conseil de surveillance. Son PDG, Bernard Arnault, a affirmé se vouloir un actionnaire "pacifique".

"Cette arrivée n'a rien d'amical. Elle n'a été ni désirée ni sollicitée", avaient souligné M. Thomas, et Bertrand Puech, président du conseil de gérance, dans un entretien avec le quotidien influent Le Figaro.

"La maison Hermès n'est pas gérée sur des principes financiers", a indiqué à Xinhua M. Thomas. "Elle est gérée sur le principe de l'objet artisanal le mieux fini possible avec les plus belles matières premières, avec la créativité la plus forte possible pour que les gens viennent dans nos magasins et l'affirmation très forte du style Hermès."

Selon lui, la maison Hermès, fondée en 1837 et célèbre pour ses sacs et ses foulards de soie, est caractérisée par trois principes : "artisanat d'excellence", "créativité" et "style".

"Ca n'a rien à voir avec un groupe qui est beaucoup plus jeune, et qui est essentiellement un groupe à stratégie financière, c'est-à-dire qui procède par acquisitions", a-t-il observé.

"Nous n'avons pas besoin d'un grand actionnaire", a souligné M. Thomas. "Et si on donne le contrôle de l'économie aux financiers, les financiers vont tuer l'économie, car culturellement les financiers veulent des résultats à court terme, la finance doit être un moyen de développer l'économie et surtout pas l'objectif de l'économie."

En décembre dernier, les héritiers Hermès, dont aucun ne détient individuellement plus de 5%, ont décidé de créer un holding pour se prémunir d'une prise de contrôle par LVMH, une décision qui a été approuvée plus tard par l'Autorité des marchés financier (AMF).

"La famille Hermès a 72% du capital de la maison et elle a décidé de regrouper 51% du capital dans une société holding pour bien affirmer au personnel, à l'extérieur, mais aussi à M. Arnault que jamais elle ne vendra sa maison", a expliqué M. Thomas.

Mais c'est "plutôt un changement de forme qu'un changement de fond", a-t-il dit. "C'est une forme juridique qui consiste à remettre 51% de la société dans une seule société pour que cette société soit le plus gros actionnaire. "

"Cela ne change rien sur le fond", a martelé M. Thomas.

Grâce à une forte croissance en Asie, notamment en Chine, le sellier Hermès a annoncé vendredi une rentabilité record de 27,8% en 2010, meilleure performance enregistrée par le groupe depuis son introduction en bourse en 1993.

Dans l'entretien avec Xinhua, M. Thomas a avoué que "la Chine a été le pays qui a grandi le plus vite", bien que la croissance l'année dernière du groupe "est venue de partout dans le monde".

Pour lui, la maison Hermès, qui dispose d'une vingtaine de magasins en Chine, en ouvre trois ou quatre par an pour mettre en oeuvre sa stratégie, basée sur la maîtrise des savoir-faire et le contrôle du réseau de distribution.

En septembre dernier, Hermès a ouvert la première boutique de sa nouvelle marque Shang Xia, une filiale d'Hermès à 90%.

"Pour nous, ce partenariat n'est avant tout pas du tout un projet économique, mais un projet de développement culturel", a expliqué M. Thomas.

"La Chine a une tradition artisanale extrêmement forte et la Chine est en plein développement économique. Donc l'ambition de ce projet, c'est de créer une entreprise de très haute qualité artisanale avec une forte créativité et l'affirmation d'un vrai style Shang Xia", a ajouté M. Thomas.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
La Chine envoie des transporteurs militaires pour rapatrier ses ressortissants en Libye
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence