Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.03.2011 14h27
Le Cambodge attend la ratification du Parlement thaïlandais avant la prochaine réunion sur la démarcation frontalière

Le Cambodge attendra la ratification par le Parlement thaïlandais des mémorandums conclus lors de précédentes réunions de la Commission frontalière conjointe (JBC), avant d'accepter la proposition lancée par Bangkok d'une prochaine réunion de la JBC, a indiqué samedi le porte-parole du ministère thaïlandais des Affaires étrangères, Thani Thongpakdi.

La Thaïlande avait proposé de tenir la prochaine réunion de la JBC les 7 et 8 mars en Indonésie, afin de discuter de la démarcation de la frontière commune avec le Cambodge.

Ce problème n'ayant toujours pas été soumis à l'approbation du Parlement thaïlandais, il est donc incertain que la prochaine réunion de la JBC se tienne les 7 et 8 mars en Indonésie, a indiqué M. Thongpakdi.

En vertu de la Constitution thaïlandaise, tout traité concernant un changement territorial doit être ratifié par le Parlement avant d'entrer en vigueur.

Le Cambodge et la Thaïlande partagent une frontière commune de 800 km de long, dont la démarcation n'est toujours pas été terminée. Le temple de Preah Vihear, datant du 11e siècle, fait l'objet d'un litige frontalier entre les deux pays depuis plusieurs décennies. Bien que la Cour internationale de justice ait accordé le temple au Cambodge en 1962, le contentieux portant sur la zone située à proximité du temple n'a jamais été réglé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine dévoile son plan de développement quinquennal lors de la session annuelle de l'APN
Arrivée à Beijing de la première délégation de la CCPPC
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...
Les risques qui menacent la Chine sont à prendre au sérieux
Le nouveau statut de deuxième puissance économique mondiale doit inciter la Chine à la prudence