Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.03.2011 12h03
Le G7 prévoit une intervention concertée sur les marchés des changes

Les ministres des Finances et les gouverneurs de banque centrale du G7, réunis jeudi soir dans le cadre d'une conférence téléphonique consacrée au Japon, ont décidé d'entreprendre vendredi une intervention concertée sur les marchés des changes, en réponse aux récents mouvements du taux de change du yen associés aux événements tragiques survenus au Japon, a déclaré le G7 dans un communiqué publié dans la nuit de jeudi à vendredi à Paris.

"A la demande des autorités japonaises, les autorités des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, du Canada et la Banque centrale européenne se joindront au Japon, le 18 mars 2011, pour une intervention concertée sur les marchés des changes", selon le communiqué.

Mercredi, sur des rumeurs de rapatriement de milliards de dollars de fonds étrangers, le yen a atteint un nouveau record depuis la Seconde Guerre mondiale, face au dollar dans les échanges asiatiques. Le gouvernement japonais a attribué cette flambée à des mouvements spéculatifs.

La Banque du Japon (BoJ) a injecté 6.000 milliards de yens (54 milliards d'euros) jeudi sur le marché monétaire lors de deux opérations pour soutenir l'économie frappée par le grand séisme. L'apport de la banque japonaise depuis lundi s'est élevé ainsi à 34.000 milliards de yens (309 milliards d'euros).

"La volatilité excessive et les mouvements désordonnés des taux de change ont des conséquences négatives pour la stabilité économique et financière", ont souligné les ministres et les gouverneurs du G7.

"Nous continuerons à suivre avec attention l'évolution des marchés des changes et à collaborer si nécessaire", ont-ils ajouté.

Lors de la conférence ministérielle du G7, convoquée à la demande de la France, les représentants japonais ont fait le point de la situation actuelle et de la réponse économique et financière apportée par les autorités japonaises, selon le communiqué.

Les ministres et les gouverneurs de banque centrale ont tenu à leur "solidarité envers les Japonais", tout en réaffirmant leur "disposition à fournir toute coopération requise" et leur "confiance dans la solidité de l'économie japonaise et de son secteur financier".

Le 11 mars, un séisme de magnitude 9,0 sur l'échelle de Richter s'est produit dans le nord-est du Japon. Le tsunami, qui s'en est suivi, a endommagé des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, en provoquant une fuite nucléaire.

Au-delà de ce risque nucléaire, les conséquences économiques de la catastrophe seront "considérables", selon le gouvernement japonais. La reconstruction dans les régions japonaises dévastées devrait s'étaler sur au moins cinq ans.


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine alloue 35 milliards de yuans pour la construction de H.L.M.
Le président chinois souligne l'importance de l'innovation technologique face à la compétition globale
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?
Quels avantages le 12e plan quinquennal pourra-t-il apporter aux habitants ?
Pourquoi la situation agitée au Moyen-Orient a-t-elle connu un développement si rapide?
On ne construira pas l'équité sociale avec des troubles
Priorité à la prospérité de la population