Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 29.03.2011 13h24
Jimmy Carter entame une visite à Cuba

L'ancien président américain Jimmy Carter a entamé lundi une visite de trois jours à Cuba, avec pour mission d'aider à apaiser les tensions entre Washington et la Havane, et d'aborder la libération d'un entrepreneur américain emprisonné.

M. Carter, accompagné de son épouse Rosalynn, est arrivé de manière discrète à l'aéroport international Jose Marti de la Havane, où ils ont été accueillis par le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez.

M. Carter, qui avait visité Cuba en 2002 en tant que le plus haut homme politique des Etats-Unis depuis la révolution de 1959 sur cette île, devrait se rendre au siège de la Communauté juive de Cuba, avant de rencontrer le cardinal Jaime Ortega, archevêque catholique de la Havane.

Mardi, il compte s'entretenir avec le président cubain Raul Castro.

M. Carter et les dirigeants cubains devraient discuter entre autre des relations bilatérales actuellement en difficulté, des réformes économiques de Cuba, et du 6e Congrès du Parti communiste cubain, a révélé vendredi le centre Carter.

Selon le centre, la visite sera une "mission privée et non-gouvernementale".

En outre, certains observateurs considèrent la visite de M. Carter comme étant une opportunité d'appeler à la libération de l'entrepreneur américain Alan Gross, condamné à 15 ans de prison à la Havane pour avoir fourni un accès Internet illégal à des dissidents cubains.

Pourtant, ni le centre Carter ni les autorités cubaines n'ont évoqué le dossier.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Le PIB chinois représentait 9,5% de celui du monde en 2010
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?