Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.04.2011 12h17
Washington lève ses sanctions contre l'ancien ministre libyen des A.E.

Les Etats-Unis ont levé lundi les sanctions contre l'ancien ministre libyen des Affaires étrangères, Moussa Koussa, qui a fait défection le 30 mars dernier à Londres.

Le Département américain du Trésor a indiqué que deux semaines après le début des sanctions imposées par le président Barack Obama contre le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et son gouvernement fin février, le Trésor avait désigné M. Koussa comme devant faire l'objet des sanctions américaines, du fait de sa position de haut rang au sein du gouvernement libyen .

"L'un des objectifs des sanctions contre les hauts responsables du gouvernement libyen visait à inciter les membres du régime de Kadhafi à prendre la bonne décision en se dissociant de Kadhafi et de son gouvernernement", a précisé le Trésor dans un communiqué.

M. Koussa a coupé ses liens avec le gouvernement libyen si bien qu'aujourd'hui les Etats-Unis lèvent les sanctions à son encontre et ses avoirs ne font plus l'objet d'un gel, a-t-il affirmé.

La défection de Koussa qui a été suivie de la levée des sanctions à son encontre devrait encourager d'autres membres du gouvernement libyen à agir de même et abandonner à leur tour le régime de Kadhafi, a dit David Cohen, sous-secrétaire intérimaire au Trésor en charge de la lutte contre le terrorisme et du renseignement financier.

Actuellement, 13 membres du gouvernement libyen sont sous le coup des sanctions imposées par le Trésor des Etats-Unis.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Début de l'élection présidentielle au Kazakhstan
La Chine et l'Allemagne lanceront des consultations intergouvernementales
Les pays occidentaux devraient rejeter leur idée de dominer le monde
Venez voir par vous-même ce qu'est le vrai Tibet
Où en est la situation chinoise de contrôle du tabac?
Les attaques contre la Libye cachent des raisons politiques derrière
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie