Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 14.04.2011 09h15
Israël exhorte la Turquie à ne pas laisser partir une nouvelle flottille humanitaire à Gaza

Israël a exhorté la Turquie à ne pas autoriser une organisation de droits de l'homme à envoyer une nouvelle flottille humanitaire à la bande de Gaza sous le coup d'un blocus, ont rapporté lundi les médias turcs.

Le nouveau convoi est envisagé par la Fondation turque de secours humanitaire (IHH) pour commémorer les victimes du raid israélien sur une flottille d'aide humanitaire à destination de Gaza l'an passé et devrait partir en mi-juin, a rapporté le journal local Hurriyet News sur son site internet.

"Nous avons expliqué notre point de vue (sur le nouveau convoi) au gouvernement turc," a affirmé l'ambassadeur israélien en Turquie Gaby Levy, selon le journal.

M. Levy a transmis ce message de vive voix à Halit Cevik, sous-secrétaire adjoint du ministère des Affaires étrangères de la Turquie, a rapporté le journal.

Israël n'a aucun problème avec le transport d'aide humanitaire à la bande de Gaza par des moyens légaux, a déclaré M. Levy.

"Les passages vers Gaza sont ouverts. Il y a une plus grande souplesse du côté israélien. Le quota de 220 camions ne peut même pas être atteint car il n'y a pas besoin de plus d'aide. Dans ces conditions, un tel convoi d'aide ne pouvait être perçu que comme une provocation," a déclaré M. Levy au journal.

Un diplomate turc a déclaré que le ministère des Affaires étrangères a noté la demande d'Israël, mais n'a pas donné une réponse claire à M. Levy parce que la question était encore en cours d'évaluation, selon le reportage.

M. Levy a déclaré qu'Israël avait communiqué avec d'autres pays à partir desquels les militants l'intention de prendre part à la campagne IHH.

Des militants de la Grèce, de la France, des États-Unis, de l'Irlande et de certains autres pays européens ont annoncé leur participation à la campagne, tandis que les membres de certains groupes juifs critiquant des politiques du gouvernement israélien ont également l'intention de se trouver à bord de la flottille, a rapporté le journal.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a également téléphoné au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, pour lui demander d'user de l'influence de l'organisme international pour faire arrêter la campagne, selon M. Levy.

Des commandos israéliens ont lancé un raid sur Mavi Marmara, le navire phare de la flottille transportant de l'aide humanitaire vers la bande de Gaza sous le coup d'un blocus le 31 mai 2010 et tué neuf militants pro-palestiniens, en majorité des Turcs.

L'attaque a soulevé une forte condamnation internationale et tendu les liens turco-israéliennes. Un rapport d'une commission d'enquête israélienne a défendu l'attaque navale sur la bande de Gaza et la décision d'empêcher la flottille d'arriver à Gaza.

La Turquie exige des excuses officielles et une compensation de la part d'Israël pour l'attaque de Mavi Marmara. Israël refuse de le faire.





Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le PM chinois s'entretient au téléphone avec le PM japonais sur les relations bilatérales et la situation depuis le séisme
Le vice-président chinois appelle à la stabilité en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident
Les chiffres des dépenses de sécurité publique de la Chine déformés par les médias étrangers
La Chine et l'Inde, moteurs de la croissance asiatique