Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.04.2011 10h49
La France est d'accord pour vendre à la Russie le navire de guerre de type Mistral

La Russie et la France sont parvenues à un accord sur l'achat de deux navires de guerre de type Mistral munis de tous les systèmes et équipements requis, a déclaré un porte-parole du ministère russe de la Défense nationale, le 13 avril.

Selon RIA Novosti citant ce porte-parole : « Les deux parties sont arrivées à un accord au cours des négociations et la France tiendra compte de la demande du ministère russe de la Défense pour installer sur les deux navires de guerre tous les systèmes et équipements pouvant pleinement satisfaire les besoins de la marine russe ».

L'accord intergouvernemental sur l'achat de Mistral a été signé à St Nazaire, en France, le 25 janvier 2011.

Vladimir Popovkine, premier vice-ministre russe de la Défense, a dit que le prix contractuel devrait dépasser 1,5 milliard d'euro. Le premier navire Mistral construit pour la Marine russe sera achevé entre la fin de 2013 et le début de 2014. Le second, entre la fin de 2014 et le début de 2015.

Le déplacement du navire de classe « Mistral » est de 21 000 tonnes. La longueur du navire est de 210 m. La vitesse dépasse 18 noeuds. L'autonomie maximale est de 20 000 miles marins. L'équipage permanent : 160 personnes, jusqu'à 450 personnes au maximum. Le « Mistral » est capable d'emporter 16 hélicoptères dont 6 peuvent se poser simultanément sur le pont d'envol.



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Commémoration du premier anniversaire du séisme de Yushu
BRIC : la conférence annuelle du mécanisme de coopération des banques et le forum de la finance ont eu lieu à Sanya
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde
Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine
Le sommet du BRICS, un rendez-vous faisant époque (partie I)
La crise nucléaire au Japon et l'avenir de l'énergie nucléaire
La guerre en Libye est devenue une « patate chaude » pour l'Occident