Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.04.2011 13h25
Russie : la situation en Syrie n'est pas une menace pour la paix et la sécurité internationales

La Russie a déclaré mercredi au siège de l'Onu à New York que la situation qui prévaut actuellement en Syrie, en dépit des tensions et des confrontations, ne constituait pas une menace pour la paix et la sécurité dans le monde et qu'une "réelle menace pour la sécurité régionale ... pourrait se poser pour l'ingérence extérieure dans la situation intérieure de la Syrie".

Alexander Pankin, représentant permanent adjoint de Russie aux Nations unies, a tenu ces propos en s'exprimant à l'ouverture d'une réunion du Conseil de sécurité de l'Onu sur la situation en Syrie.

"A nos yeux, l'essentiel est que l'actuelle situation en Syrie, malgré la tension croissante et la confrontation, ne représente pas une menace pour la paix et la sécurité internationales", a estimé M. Pankin, ajoutant qu'"on ne peut pas ignorer le fait que la violence ne provient pas d'une seule partie".

"Une réelle menace à la sécurité régionale, à notre avis, pourrait se poser par l'ingérence extérieure dans la situation intérieure de la Syrie, y compris les tentatives d'avancer des solutions toutes faites ou les parties prises", a-t-il relevé.

"Il est toujours plus clair que certains manifestants en Syrie et comme dans d'autres pays souhaitent que la situation qui s'aggrave force la communauté internationale à leur venir en aide et à intervenir en faveur d'une partie ou d'une autre", a-t-il déclaré.

"Une telle approche ne conduira qu'à un cycle de violence sans fin. C'est une sorte d'invitation à la guerre civile", a-t-il averti.

Fort de ce point de vue, l'ambassadeur russe a laissé entendre que le Conseil de sécurité n'avait pas besoin de discuter de cette question, car, selon lui, ses 15 pays membres, conformément à la Charte de l'Onu, ne doivent cerner que les questions qui menacent la paix et la sécurité internationales.

Le Conseil de sécurité s'est réuni mercredi, pour la première fois, à huis clos sur la Syrie avant de tenir une réunion ouverte pour écouter le sous-secrétaire général aux affaires politiques, Lynn Pascoe.

"C'est par un dialogue constructif et la mise en oeuvre des réformes politiques et sociales énoncées ainsi que par les changements économiques que la stabilité et le développement démocratique au profit de tous les citoyens pourront se réaliser en Syrie", a-t-il estimé.

"Il est extrêmement important de faire des efforts pour éviter le retour dangereux de tels événements, la Syrie étant une pierre angulaire de l'architecture de sécurité du Moyen-Orient", a-t-il renchéri.

"La déstabilisation de cet important maillon dans la chaîne risque de produire des complications à travers tout la région", a-t-il prévenu.

Après avoir exprimé la profonde préoccupation de la Russie quant à la montée des tensions et aux manifestations sanglantes, le diplomate russe a appelé les autorités syriennes à mener une enquête transparente et effective sur tous les cas commis et à traduire devant justice les coupables.

"Evidemment, le processus de réforme démocratique, annoncé ou mis en oeuvre par la direction syrienne doit être soutenu", a ajouté le représentant russe. "Une étape bien significative sera franchie sur une courte période", a-t-il conclu.




Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va intensifier ses efforts pour réduire la pauvreté dans les régions rurales
La Chine aura sa propre station spatiale en 2020
Vers où l'énergie nucléaire mondiale devra-t-elle aller ?
Coopération médiatique Chine-Afrique : une force commune pour la vérité (REPORTAGE SPECIAL)
Qui la Chine menace-t-elle ?
La duplicité et les droits de l'homme ne vont pas bien ensemble
Bo'ao fait entendre la voix d'Asie au monde