Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.05.2011 10h28
Favorite pour le FMI, Christine Lagarde fait face à une candidature mexicaine

La candidature de l'actuelle Ministre des Finances de la France, Christine Lagarde, à la direction du FMI, a pris de l'ampleur en Europe dimanche, alors que le Mexique vient de mettre en avant son propre candidat, assurant ainsi une compétition pour l'élection à ce poste.

Le Ministère des Finances du Mexique a en effet annoncé qu'il proposerait le directeur actuel de sa banque centrale, Agustin Carstens, lançant ainsi un important pays émergent dans la course à la direction du plus grand bailleur de fonds du monde.

Le Fonds Monétaire International a promis une élection basée sur le mérite pour remplacer son directeur démissionnaire, le Français Dominique Strauss-Kahn, actuellement sous liberté surveillée à New York, du fait de l'accusation de tentative de viol sur une femme de chambre.

Les Européens détiennent la direction du FMI depuis sa création en 1945, et Mme Lagarde est largement considérée comme favorite.

Le Ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, qui est aussi un important conseiller du Président Nicolas Sarkozy, a dit dimanche que Mme Lagarde ferait une excellente directrice pour cet organisme de prêt, dont le siège est à Washington.

« Et de plus, de nombreux pays la soutiennent », a t-il dit sur la radio Europe 1, devenant ainsi le premier membre du Gouvernement français à lui apporter ouvertement son soutien.

De leur côté, l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont signalé qu'ils apporteraient leur soutien à Mme Lagarde, qui possède une expérience de gestion de la crise de la dette de la zone Euro, sur laquelle le FMI se concentre actuellement. Un haut responsable de l'UE a annoncé qu'il y avait un consensus virtuel au sein de l'Union Européenne, qui compte 27 pays, en faveur de Mme Lagarde, après des consultations téléphoniques entre leurs dirigeants. Sa candidature devrait aussi bénéficier du soutien des Etats-Unis, ce qui devrait faire pencher la balance en sa faveur pour le poste de directeur du FMI.

Dominique Strauss-Kahn, qui était un des candidats favoris pour les présidentielles françaises de l'année prochaine avant qu'il ne soit arrêté le 15 mai pour aggression sexuelle présumée, vient de passer sa deuxième journée en liberté surveillée à l'extérieur, assurée par une surveillance électronique et un garde armé, dans un appartement loué temporairement dans le quartier de Manhattan. Il a promis qu'il se battrait contre l'accusation portée contre lui.

Sa démission a déclenché un bras de fer entre l'Europe et les économies émergentes, qui disent qu'il est temps de mettre fin à 65 ans de domination de l'Europe sur le FMI.

A Mexico, le Ministère des Finances dit que M. Carstens « possède les capacités et qualifications nécessaires pour diriger une institution importante comme le Fonds Monétaire International ».

Il fut d'ailleurs un directeur général adjoint du FMI avant de rejoindre l'administration du Président mexicain Felipe Calderon en 2006, et il dirige la banque centrale de ce pays depuis 2010.

De leur côté, les ministres des finances d'Australie et d'Afrique du Sud ont également déclaré dimanche que la tradition voulant que la direction du FMI aille à l'Europe était dépassée, appelant les nations du G20 à honorer leur promesse d'une élection ouverte, faite il y a deux ans.

Et Sarah Wynn-Williams, porte-parole d'Oxfam (Oxford Commitee for Famine Relief, une organisation qui se consacre à la coopération et à la solidarité internationales) a dit que le FMI perdrait une partie de sa crédibilité s'il renonçait à adopter une processus de sélection reflétant mieux le poids des différents pays dans l'économie mondiale.

Une connaissance de l'Europe

Les pays européens ont commencé à serrer les rangs derrière Mme Lagarde, en en faisant leur choix régional, arguant du fait qu'il est capital que le prochain directeur du FMI ait une connaissance de l'Europe.

Samedi, le Ministre britannique des Finances, George Osborne, a dit que Mme Lagarde, ancienne avocate âgée de 55 ans, était une candidate remarquable, et la Chancelière d'Allemagne, Angel Merkel, a dit d'elle qu'elle était une « personne d'excellent niveau » et expérimentée.

Avec le soutien des trois plus grandes économies de l'Europe, qui apparaissent lui garantir la nomination de la région, Mme Lagarde pourrait n'avoir qu'à s'assurer le soutien des Etats-Unis.

Les dirigeants des pays riches du G-8 devraient discuter du remplacement de Dominique Strauss-Kahn lors d'un sommet qui se tiendra cette semaine dans la station balnéaire française de Deauville, mais on ne sait pas encore s'ils feront une déclaration officielle.

Mme Lagarde, qui a travaillé comme avocate aux Etats-Unis pendant près de vingt ans et parle un anglais impeccable, semble avoir gagné des alliés tant dans les pays développés que dans les pays en en développement lors de la présidence française du G20 de cette année.

Ses chances de décrocher la direction du FMI ont été renforcées vendredi quand l'ancien ministre turc des finances, Kemal Dervis, qui était considéré comme le meilleur candidat des pays émergents, a renoncé de lui-même à se lancer dans la course.

Le plus grand obstacle à la nomination de Mme Lagarde pourrait venir d'une enquête de justice sur son intervention pour régler un différend entre l'Etat et un homme d'affaires, également ami du Président Sarkozy, qui s'est vu accorder des indemnités de 285 millions d'Euros (405 millions de Dollars US).

Un groupe de magistrats devrait déciser vers la mi-juin de lancer une procédure dans le cadre de cette affaire, avant la nomination au FMI, qui elle devrait intervenir le 30 juin.

L'arrestation de Dominique Strauss-Kahn a suscité des débats animés en France, où 70% des sympathisants socialistes interrogés le lendemain de son arrestation ont dit qu'ils pensaient qu'il était victime d'un complot.

Mais de nombreuses femmes ont dit de leur côté penser que les médias français s'étaient montrés insensibles à la souffrance de la victime présumée.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à Paris à l'extérieur du Centre Pompidou, et 13 000 personnes ont signé une pétition dénonçant le chauvinisme de la description de la situation de Dominique Strauss-Kahn.

Dominique Strauss-Kahn a contesté les charges pesant contre lui et a promis de les combattre. Son épouse, l'ancienne journaliste Anne Sinclair, se tient à ses côtés.

Elle a quitté l'appartement de New York dimanche matin et y est revenue au milieu de l'après-midi dans un véhicule utilitaire sport, escortée par un garde de sécurité. Elle ne s'est pas adressée aux journalistes présents autour de la résidence. Trois policiers étaient en faction devant l'entrée.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine/Pakistan : réception pour marquer le 60e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques
Le vice-président chinois rencontre le président du Conseil européen
L'informatique en nuage en Chine
La gravité de la conduite en état d'ivresse ne s'évalue que par le sang
La mauvaise qualité des championnats chinois, un handicap pour l'industrie du sport
Comment traiter les traumatisms post-séisme
Le vol d'oeuvres d'art à la Cité Interdite doit déclencher une alarme