Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.05.2011 09h12
Netanyahu s'engage à conduire les Israéliens à la paix

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré mardi devant le Congrès américain que sa responsabilité était de conduire les Israéliens à la paix et qu'il était prêt à accepter des « compromis douloureux » pour la paix.

« Les accords de paix entre Israël et l'Égypte ou Israël et la Jordanie sont essentiels, mais ils ne sont pas suffisants », a déclaré M. Netanyahu lors d'une session commune du Congrès américain. « Nous devons également trouver un moyen de forger une paix durable avec les Palestiniens ».

« Je suis prêt à faire des compromis douloureux pour parvenir à cette paix historique », a-t-il dit. « En tant que dirigeant israélien c'est ma responsabilité de conduire mon peuple à la paix ».

« Cela n'est pas facile pour moi, car je suis conscient que nous devrons, pour parvenir à une paix véritable, renoncer à certaines parties de la patrie ancestrale des Juifs », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre a affirmé que les six Premiers ministres israéliens arrivés au pouvoir depuis la signature des accords d' Oslo en 1993 étaient d'accords pour la création d'un État palestiniens, mais que la paix n'avait pas été réalisées parce que « jusqu'à présent les Palestiniens ne sont pas prêts à accepter un État palestinien si cela signifie accepter l'existence d'un État juif à ses côtés ».

« Notre conflit n'a jamais porté sur la création d'un État palestinien. Il a toujours porté sur l'existence de l'État juif. C' est cela l'objet du conflit », a-t-il dit.

Dans son discours sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord jeudi dernier, le président des États-Unis Barack Obama a proposé une vision de deux États pour deux peuples dans le cadre d'une paix durable, Israël comme État juif et patrie du peuple juif, et la Palestine comme patrie du peuple palestinien.

M. Netanyahu a mis le président palestinien Mahmoud Abbas au défi de se présenter devant son peuple et de dire « j'accepterai un État juif ».

Pour les Palestiniens, cela signifierait renoncer au droit des réfugiés palestiniens et de leurs descendants déplacés dans les guerres israélo-arabes à retourner sur leur terre natale en Israël.

Toutefois, M. Netanyahu a déclaré que « ces six mots changeront l'histoire. Ils feront comprendre clairement aux Palestiniens que ce conflit doit prendre fin, qu'ils ne bâtiront pas un État palestinien pour continuer le conflit avec Israël mais pour y mettre fin. Et ces six mots convaincront le peuple d'Israël qu'ils ont un véritable partenaire pour la paix ».

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Tibet célère le 60e anniversaire de sa libération pacifique
Le PM chinois appelle la Chine, le Japon et la République de Corée à promouvoir la paix et la stabilité régionales
Face au fort pouvoir d'achat des chinois, le système de demande de visa touristique américain sera simplifié
L'état de l'économie italienne inquiète la Chine