Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 31.05.2011 11h13
La française Lagarde au Brésil pour faire avancer sa candidature à la tête du FMI

La ministre française des Finances Christine Lagarde a rencontré lundi son homologue brésilien Guido Mantega pour "expliquer sa candidature et écouter ce que les autorités brésiliennes espèrent du Fonds (monétaire international) et de sa direction".

Mme Lagarde effectue une tournée dans quelques pays émergents à la recherche de soutiens pour sa candidature au poste de chef du Fonds monétaire international (FMI). Elle se rendra ensuite en Chine, en Inde et dans des pays du Moyen-Orient.

La ministre française a dit qu'elle s'engageait à faire de nouvelles réformes au sein du FMI, accordant à des pays émergents, tels que le Brésil, une plus grande participation aux décisions. Selon elle, le Fonds doit représenter tous ses membres.

"Le Fonds n'appartient à aucun particulier, mais à tous ses membres", a-t-elle dit avant d'ajouter: "Il est important qu'un grand pays émergent comme le Brésil soit bien représenté".

M. Mantega a déclaré que le Brésil écouterait tous les candidats au sujet de leur position avant de décider à qui il donnerait son soutien. Un autre candidat, le gouverneur de la Banque centrale du Mexique, Agustin Carstens, envisage d'effectuer une visite au Brésil dans le courant de la semaine.

La décision finale quant au nouveau directeur du FMI sera prise d'ici le 30 juin. L'ancien chef du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a démissionné de son poste après avoir été inculpé d'agression sexuelle contre une femme de chambre aux Etats-Unis.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : près de 35 millions de personnes affectées par la sécheresse sur les cours moyen et inférieur du fleuve Yangtsé
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)