Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.06.2011 11h22
Le FMI a besoin des voix des pays émergents (gouverneur de la banque centrale du Mexique)

Le gouverneur de la banque centrale du Mexique, Agustin Carstens, a déclaré vendredi que sa candidature au poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI) avait pour objectif de faire entendre la voix des pays émergents au sein de l'institution.

"La principale motivation pour ma candidature est de faire entendre la voix des pays émergents au niveau du FMI, afin qu'il y ait davantage de pluralité au sein de l'institution et qu'elle soit plus ouverte", a déclaré M. Carstens à l'issue de sa rencontre avec Mercedes Marco del Pont, présidente de la banque centrale d'Argentine, et Amado Boudou, ministre argentin de l'Economie.

"Aujourd'hui, l'économie mondiale est en croissance grâce à l'impulsion des pays émergents, et le FMI doit accepter ce fait", a-t-il noté.

M. Carstens, arrivé du Brésil vendredi, effectue actuellement une tournée en Amérique latine à la recherche de soutiens pour sa candidature à la succession de Dominique Strauss-Kahn, qui a démissionné suite à son inculpation pour agression sexuelle à New York.

Le FMI a fixé le 30 juin comme date butoir pour nommer le nouveau directeur général de l'institution, un poste qui a été occupé par un Européen depuis 1945. Parmi les autres candidats en lice, figure la ministre française des Finances, Christine Lagarde.

Le processus électoral doit être "équitable et transparent", et basé sur les "mérites" et "compétences", a souligné M. Carstens.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Interdiction des produits alimentaires contaminés au DEHP en provenance de Taiwan dans les restaurants de la partie continentale
La partie continentale de Chine suspend les importations de certains boissons et d'aliments en provenance de Taiwan
La Chine doit renforcer son nouveau mix énergetique
Quelles leçons la Chine peut-elle tirer du succès d'Apple ?
La Chine le Japon et la Corée du Sud progressent lentement vers un accord de libre-échange