Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 27.06.2011 15h54
La Belgique envisage de retirer la moitié de son effectif militaired'Afghanistan

Le ministre belge de la Défense Pieter De Crem a annoncé dimanche à la télévision flamande VTM qu'il proposerait au gouvernement une réduction de moitié la présence militaire belge en Afghanistan, suivant l'exemple donné par le président américain Barack Obama.

Composé actuellement de 626 personnes, l'effectif belge devrait se voir réduire à quelque 300 hommes et femmes.

Selon le ministre De Crem, la réduction devrait porter sur les troupes basées à l'aéroport international de Kaboul, dont les militaires belges assurent la protection depuis 2003.

"Leur mission est terminée, elle a atteint son objectif" et ce contingent sera retiré, a indiqué M. De Crem.

Ce contingent est composé de plus ou moins 300 militaires et devrait quitter l'Afghanistan avant le 1er janvier 2012. M. De Crem a en outre précisé que les deux autres contingents, l'un à Kunduz dans le nord et l'autre à Kandahar dans le sud, seraient maintenus tels quels.

Quant aux six chasseurs-bombardiers F-16 de l'armée belge, chargés d'appuyer les troupes terrestres de la Force internationale d'assistance et de sécurité (ISAF) sous commandement de l'OTAN, ils resteront en Afghanistan pour assurer les missions de l'ISAF sur l'ensemble du territoire afghan.

Le mandat des troupes belges expirera le 31 décembre prochain. Dans l'entourage de M. De Crem, on justifie la proposition de ce dernier par les décisions de retrait annoncées cette semaine plus tôt par Washington et Paris.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La gare de Shanghai et Eastern Airlines vont lancer des services de transport combiné air-rail
Wen Jiabao exhorte les fonctionnaires à mieux utiliser leur pouvoir et à servir le peuple sans réserve
Pourquoi la Chine a besoin d'une Union Européenne forte
Pour l'ordre en Mer de Chine Méridionale
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale