Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.07.2011 15h05
Le FMI doit maintenant passer de la parole aux actes

Le 5 juillet, le Ministre français des Finances Christine Lagarde remplacera Dominique Strauss-Kahn et commencera son mandat de cinq ans en tant que Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI).

Lors du sommet 2010 du G20 à Séoul, les dirigeants du monde ont promis de changer la procédure traditionnelle de sélection pour les postes supérieurs au FMI et à la Banque Mondiale, afin d'élargir le groupe des candidats au delà de la formule traditionnelle « un Européen pour le FMI et un Américain pour la Banque Mondiale ». Cependant, en dépit des promesses, les autorités européennes ont cette fois encore réusssi à imposer la nomination de Mme Lagarde.

Pour démontrer son autonomie, Mme Lagarde doit rapidement faire preuve de son indépendance.

Le moment n'aurait pas pu être plus difficile. En Grèce, la nouvelle série de programmes d'austérité et de redressement provoque des actes de violence croissants, alors que l'incertitude s'approfondit dans la zone Euro. En même temps, la crise de la dette empire aux Etats-Unis et au Japon, il y a de l'agitation en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, des signes de surchauffe peuvent être constatés dans quelques économies émergentes, et l'augmentation des prix des produits de consommation courante constitue un défi important pour les nations à faibles revenus.

Mme Lagarde n'est pas une économiste, mais une avocate chevronnée, spécialisée dans la législation du travail et anti-trust. Ses capacités pour prendre la tête du FMI se sont renforcées pendant et après la crise financière mondiale, de par son rôle de Ministre des Finances de la France. Dans les années qui viennent, elle devra prouver qu'elle peut effectivement contrôler les activités du FMI.

Après tout, elle devient chef du FMI pour amplifier son travail sur les « effets de débordement », c'est-à-dire l'impact des politiques d'un pays sur d'autres pays en raison de la croissance significative du commerce, de l'investissement et des liens financiers dans l'économie mondiale.

Pour des raisons évidentes, le problème le plus urgent pour Christine Lagarde, en tant que directrice du FMI, est la crise de l'insolvabilité de la Grèce et la crise de la zone Euro.

Pendant la compétition pour la direction du FMI, plusieurs pays européens ont argué du fait que, puisque la zones Euro fait face à une forte pression de la dette, les dirigeants économiques aussi puissantes comme l'Allemagne et la France ont besoin d'avoir confiance dans la gestion du FMI.

Pourtant peu d'Européens avaient avant vu l'utilité d'avoir un latino-américain pour faire face à la crise latino-américaine des années 80 et des années 90, ou d'un Asiatique pour surmonter la crise financière asiatique de la fin des années 1990. Réciproquement, en 1997, le Japon avait présenté l'idée d'un accord monétaire asiatique, qui a s'était vu opposer un veto des Etats-Unis. A ce moment là, peu de gens aux Etats-Unis ont admis l'utilité d'un Asiatique pour comprendre la crise financière en Asie.

Jusqu'ici, le FMI a accepté de fournir environ un tiers des 270 milliards d'euros (391 milliards de Dollars US) destinés aux fonds de secours à la Grèce, l'Irlande et le Portugal. Bien que la crise de la zone Euro ait à peine commencé, l'Europe jouit d'un crédit qui est fortement disproportionné par rapport à sa part dans l'économie mondiale. Dans un avenir proche, les Européens demanderont au FMI une aide supplémentaire pour un nouveau programme d'aide à la Grèce, dont la dette se monte à 136,3 milliards de Dollars US, et de l'aide pour l'Espagne, où le taux de chômage se monte à 20% et la dette à 640 milliards d'euros (927,4 milliards de Dollars US).

Dans ces circonstances extraordinaires, il est essentiel que le FMI demeure neutre et impartial, même sous une grande pression. Dans le passé, Mme Lagarde s'est révélée être une « Européenne convaincue ». Maintenant elle doit dépasser ce stade et représenter le FMI de manière convenable - même si elle doit pour cela aller jusqu'à affronter les dirigeants et prêteurs européens.

En dépit des extraordinaires changements dans l'économie mondiale, les buts statutaires du FMI demeurent, relativement, plus ou moins les mêmes que lors de leur formulation au début des années 40. Aujourd'hui, le FMI se décrit ainsi comme « une organisation de 187 pays, fonctionnant pour stimuler la cooperation monétaire mondiale ». Pourtant les droits de vote de l'Europe, des Etats-Unis et du Japon représentent encore presque cinq fois ceux de la Chine, de l'Inde, du Brésil et de la Russie réunies.

En raison de leurs grandes quotes-parts, les 27 Etats membres de l'Union européenne (32%) et les Etats-Unis (17%) dominent le FMI.

Mme Lagarde doit accélérer la réforme du FMI et asseoir sa légitimité en accordant plus de droits de vote aux économies émergentes et une plus grande représentation, qui puisse refléter leur importance croissante dans l'économie mondiale. Et elle doit faire vite. Pendant la décennie passée, les progrès ont été lents et limités. Elle devrait commencer par l'exécution complète des réformes de 2010 et l'examen de la formule des quote-parts avant les réunions annuelles du FMI en septembre.

Les engagements ont été pris. Maintenant il est temps pour le FMI de passer de la parole aux actes.

L'auteur, Dan Steinbock, est directeur de recherche en affaires internationales pour l'Institut de l'Inde, de la Chine et de l'Amérique, un groupe de réflexion américain indépendant, et universitaire invité à l'Institut de Shanghai pour les Etudes Internationales.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les dirigeants chinois assistent au gala de commémoration du 90e anniversaire du PCC
Ouverture de la première bourse des métaux précieux en Chine dans la province centrale du Hunan
Pourquoi la Chine a besoin d'une Union Européenne forte
Pour l'ordre en Mer de Chine Méridionale
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale