Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.07.2011 15h33
Assassinat d'Hariri : le TSL remet son acte d'accusation à Beyrouth

Quatre membres du Hezbollah, groupe armée chiite libanais, sont accusés d'être impliqués dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais, Rafik Hariri, en 2005, a indiqué une source judiciaire à l'agence Xinhua jeudi, jour où le tribunal de l'ONU enquêtant sur l'assassinat a remis un acte d'accusation au procureur général libanais.

Une délégation du TSL a soumis jeudi une copie de son acte d'accusation au procureur général du Liban Saeed Mirza.

Le communiqué souligne que les noms mentionnés dans l'acte d'accusation doivent être considérés comme innocents jusqu'à ce qu'ils soient reconnus coupables.

"Il ne s'agit pas d'un verdict de culpabilité et toutes les personnes accusées sont innocentes présumées jusqu'à ce que leur culpabilité soit reconnue par le tribunal", lit-on dans le communiqué.

"En ce moment, le TSL n'a aucun commentaire sur l'identité ou les identités des personnes mentionnées dans l'acte d'accusation", ajoute le communiqué.

Des médias ont rapporté que des mandats d'arrêt avaient été émis contre de hauts membres du Hezbollah, dont l'un est Hassan Badreddine, un haut commandant et beau-frère de l'ancien commandant militaire du groupe, Imad Mughniyeh, tué en 2008.

Le Hezbollah s'est refusé à tout commentaire sur l'acte d'accusation, tandis que sa chaîne de télévision, Al-Manar, a annoncé, dans son bulletin d'actualité, que le contenu de l'acte d'accusation du TSL confirmait que celui-ci était politisé.

Le Hezbollah a critiqué le TSL, chargé d'identifier les membres du groupe, d'être politisé et a appelé le gouvernement libanais à rompre ses relations avec le Tribunal.

Le nouveau Premier ministre du Liban, Najib Mikati, a appelé tous les groupes libanais à agir de façon "responsable" après la remise de l'acte d'accusation, afin d'empêcher des tentatives de déstabiliser le pays.

Par ailleurs, l'ancien Premier ministre libanais, Saad Hariri, fils de Rafik Hariri, a qualifié la remise de l'acte d'accusation de "moment historique".

Il a appelé le nouveau gouvernement libanais à coopérer avec le TSL pour traduire en justice les suspects.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les dirigeants chinois assistent au gala de commémoration du 90e anniversaire du PCC
Ouverture de la première bourse des métaux précieux en Chine dans la province centrale du Hunan
Pourquoi la Chine a besoin d'une Union Européenne forte
Pour l'ordre en Mer de Chine Méridionale
Les Etats Unis sont responsables des tensions actuelles en Mer de Chine Méridionale