Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.08.2011 08h17
Le Japon va créer une nouvelle agence de sécurité nucléaire

Le gouvernement japonais va chercher à mettre en place une nouvelle agence de sécurité nucléaire relevant du ministère de l'Environnement et séparer ces fonctions du ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie (METI). La décision a été qualifiée de "souhaitable" mercredi par le secrétaire en chef du cabinet, Yukio Edano.

Goshi Hosono, le ministre d'Etat en charge de la crise nucléaire, va publier, dès vendredi, un projet d'initiative proposant une possible fusion entre l'Agence de sécurité nucléaire et industrielle du METI (NISA) et la Commission de sécurité nucléaire du cabinet.

La nouvelle agence, qui serait placée sous la juridiction du ministre de l'Environnement, sera chargée notamment d'enlever les substances radioactives du sol contaminé autour de la centrale nucléaire endommagée No.1 de Fukushima et de fournir davantage de services de santé aux habitants vivant à proximité des centrales nucléaires et d'autres installations selon des responsables du gouvernement. Ils ont ajouté que la nouvelle agence pourrait être lancée dès avril prochain.

L'image de la NISA s'est dégradée au Japon suite à la divulgation de plusieurs scandales impliquant l'agence. Celle-ci s'était ainsi efforcée d'influencer l'opinion public sur la sécurité nucléaire par le biais de compagnies d'électricité d'origine nucléaire sous sa supervision.

La NISA fait face actuellement à des allégations selon lesquelles elle a sollicité des participants pro-nucléaire dans des colloques sur l'énergie nucléaire financés par le gouvernement. L'agence aurait demandé à ces habitants locaux en faveur de l'électricité d'origine nucléaire d'y poser des questions préparées à l'avance sur des "sites nucléaires sensibles".

Chubu Electric Power Co., Kyushu Electric Power Co. et Tokyo Electric Power Co. (TEPCO) sont toutes impliqués dans ces tentatives de manipulation de l'opinion publique sur l'électricité d'origine nucléaire. Une situation considérée par Banri Kaieda - -le chef du METI et ministre chargé de superviser la NISA -- comme "extrêmement grave".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le gouvernement central chinois insiste sur la transparence dans les affaires gouvernementales
Chine : le porte-avions est légitime pour le développement pacifique du pays (Commentaire)
Pourquoi l'accident meurtrier du train à grande vitesse chinois s'est produit ?
Quotidien du Peuple : les forces sociales essentielles aux opérations de secours suite à l'accident ferroviaire meurtrier en Chine