Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 15.08.2011 16h09
Sarkozy fait l'éloge des marins du Charles-de-Gaulle rentrés de Libye

Le président français Nicolas Sarkozy a fait l'éloge vendredi "l'extraordinaire endurance" des marins du porte-avions Charles-de-Gaulle, de retour d'une mission de près de cinq mois en Libye, a rapporté l'Agence France Presse (AFP).

Les marins du Charles-de-Gaulle ont sauvé des "milliers de victimes innocentes qui auraient", sans eux, "été massacrées par un dictateur fou", le colonel Kadhafi, a déclaré le président français.

"Votre engagement avait pour objectif d'empêcher les exactions d'un dictateur contre son propre peuple et les 'rivières de sang', telle était son expression, promises par le colonel Kadhafi, n'ont pas coulé", a annoncé M. Sarkozy.

"Grâce à vous, des milliers de victimes innocentes qui auraient été massacrées par un dictateur fou ont été évitées", a-t- il affirmé, soulignant que "le peuple libyen a droit à la liberté, après 41 ans de dictature".

"Aux cotés de nos alliés, la France ira jusqu'au bout de sa mission. Notre volonté ne faiblira pas", a encore confirmé le chef de l'Etat français.

Au cours de sa mission au large de Tripoli, une vingtaine d'avions de chasse et avions radars à bord du porte-avions ont mené plus d'un millier de sorties, dont 770 attaques au sol et 356 de reconnaissance.

Avec ses quelque 2.000 marins à bord, dont environ 200 femmes, le Charles-de-Gaulle, unique porte-avions français, avait appareillé pour les côtes de la Libye le 20 mars.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Rencontre du président chinois avec la directrice générale de l'Unesco
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale