Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 17.08.2011 08h15
Les manoeuvres militaires américano-sud-coréennes ne contribuent pas à la paix régionale (COMMENTAIRE)

Les manoeuvres militaires conjointes, baptisées Ulchi Freedom Guardian, menées par les Etats-Unis et la Corée du Sud, ne pourront en aucun cas promouvoir la paix et la stabilité régionales, et pourraient au contraire mettre en danger le statu quo délicat de la péninsule coréenne.

Bien que la République populaire démocratique de Corée (RPDC) ait demandé aux deux pays d'annuler leur exercice annuel, Washington et Séoul ont apparemment refusé cette demande sans prendre en considération les conséquences de leur décision.

Le Rodong Sinmun, journal officiel de la RPDC, a indiqué mardi que l'exercice était de nature provocatrice et a mis en garde contre une "guerre totale", ajoutant que "la péninsule coréenne faisait face à sa pire crise".

Il est largement reconnu au sein de la communauté internationale que les négociations constituent le meilleur moyen de parvenir à la dénucléarisation de la péninsule coréenne et à l'instauration de la paix et de la stabilité non seulement entre Pyongyang et Séoul, mais également en Asie du Nord-Est dans son ensemble. Et les pourparlers à six, suspendus depuis longtemps, restent le meilleur espoir d'atteindre ces objectifs.

La RPDC s'est récemment déclarée prête à reprendre le dialogue multilatéral sans conditions préalables et à mettre en oeuvre la déclaration conjointe du 19 septembre sur le principe d'une action simultanée.

Toutefois, cette renonciation aux conditions préalables n'a reçu qu'une réponse tiède des Etats-Unis et de la Corée du Sud.

Cet engagement de Pyongyang constituait le dernier effort en date visant à raviver les pourparlers à six. Ses précédentes initiatives allant en ce sens, sans parvenir à aucun résultat substantiel, ont toujours été interrompues à un moment ou un autre du fait d'incidents divers, en particulier le naufrage en mars 2010 d'un navire sud-coréen, et l'échange de tirs entre la RPDC et la Corée du Sud au large de la côte ouest de la péninsule en novembre 2010.

Un manque de confiance, ainsi que l'attitude attentiste adoptée par les Etats-Unis et la Corée du Sud, ont également compliqué l'imbroglio nucléaire de la péninsule coréenne.

La Chine a inlassablement appelé toutes les parties concernées à faire preuve de retenue maximale et à ne rien faire qui risquerait de mettre en danger la paix et la stabilité régionales, et sa position demeure inchangée sur ce point. Par ailleurs, la Chine n'est pas en faveur de conditions préalables pour la reprise des négociations.

Ainsi, la tâche la plus urgente pour les Etats-Unis et la Corée du Sud pour le moment consiste à ne pas déclencher de nouvelle phase de tensions dans la région durant leurs manoeuvres militaires et à prendre pleinement en considération les préoccupations des pays voisins en matière de sécurité.

Ils devraient également cesser de mener toute activité considérée comme anticipatrice et agressive envers la RPDC à l'avenir, et ils devraient prendre des mesures sérieuses de concert avec d'autres pays concernés pour dénucléariser la péninsule coréenne.

"La paix n'est pas seulement un but lointain que nous cherchons, mais un moyen par lequel nous arrivons à cet objectif", avait déclaré Martin Luther King, figure de proue de la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis et leurs alliés doivent relire Martin Luther King et se rappeler que la paix durable n'a jamais pu être instaurée au moyen de la coercition militaire.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang rencontre le chef de l'exécutif de Hong Kong
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale