Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.08.2011 08h34
La France "fait confiance" au gouvernement égyptien pour organiser les élections législatives

La France "fait confiance" au gouvernement égyptien, qui a refusé la présence des observateurs internationaux à ses élections législatives, pour organiser les scrutins "dans les meilleures conditions", a indiqué jeudi le ministère français des Affaires étrangères.

"Nous prenons note de la décision de l'Egypte de ne pas accepter d'observateurs internationaux lors des prochaines élections législatives, qui doivent se tenir cet automne. Il s'agit d'une décision souveraine du gouvernement égyptien auquel nous faisons confiance pour que ce scrutin se déroule dans les meilleures conditions", a indiqué jeudi la porte-parole adjointe du ministère français des Affaires étrangères Christine Fages, lors d'un point de presse régulier.

Selon Mme. Fages, l'Union Européenne avait fait part de sa disposition à envoyer en Egypte une mission d'observation électorale, proposition refusée par le conseil des ministres de l'Egypte, qui a pris la décision mercredi d'accepter aucun observateur international à ses élections.

Les élections législatives égyptiennes prévues pour septembre ont été reportées à octobre ou novembre, a rapporté en juillet MENA, l'agence de presse officielle du pays. Le vote se déroulera en trois tours avec 15 jours d'intervalle entre chacun, pour élire le nouveau Parlement égyptien après la chute de l'ancien président Hosni Moubarak.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Li Keqiang déclare son soutien à Hong Kong dans sa transformation en centre offshore du RMB
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale