Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.08.2011 10h59
Moscou demande à l'occident de donner du temps au président syrien pour appliquer ses réformes

La Russie ne soutient pas le dernier appel à la démission du président Bachar al-Assad lancé par les Etats-Unis et l'UE, a annoncé vendredi le ministère russe des Affaires étrangères.

Le président américain Barack Obama et les leaders européens ont appelé jeudi M. Assad à démissionner et ont imposé des sanctions plus strictes à Damas.

"Nous ne soutenons pas ces appels et pensons que le régime de M. Assad mérite qu'on lui donne du temps pour achever toutes les réformes annoncées", a déclaré le porte-parole du ministère, Alexander Loukachevitch.

Moscou pense que M. Assad en a fait assez pour résoudre la situation en annonçant une amnistie et des élections générales d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué.

Le ministère a souligné l'importance de la dernière promesse de M. Assad de mettre un terme aux opérations militaires et de la décision de Damas d'accepter une mission de l'ONU le 20 août.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et M. Assad se sont entendus cette semaine pour que Damas accepte la mission internationale.

Par ailleurs, Aslambek Aslahanov, membre du Conseil de la Fédération du parlement russe, a déclaré vendredi à l'agence de presse Interfax qu'une délégation d'hommes politiques russes se rendra en Syrie dans les prochains jours.

Source: xinhua

Commentaire
Je conseille la Russie de compacter avec l'éternité pour voir les résultats de son attente...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : Biden visite un lycée reconstruit après le violent séisme de mai 2008 au Sichuan
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale