Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.09.2011 09h52
S-300 : l'Iran porte plainte contre Moscou (média)

L'Iran a porté plainte contre la Russie auprès de la Cour internationale d'arbitrage du fait du refus de Moscou de livrer les systèmes de défense aérienne S-300 à Téhéran, a rapporté mercredi la chaîne de télévision iranienne Press TV.

"La Cour internationale d'arbitrage à Paris règle les différends commerciaux internationaux, et comme la compagnie russe [responsable pour le contrat des S-300] est non-gouvernementale, nons avons porté plainte auprès de la cour afin de demander des indemnités pour compenser nos pertes", a indiqué le président de la Commission d'amitié parlementaire Iran/Russie, Mehdi Sanaei, à Press TV.

Selon le reportage, le contrat, d'un montant de 800 millions de dollars, a été signé en 2005 et l'Iran a payé un premier acompte de 166,8 millions de dollars pour recevoir 65 systèmes S-300 pour 2007.

Jeudi dernier, le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Lukashevich a fait savoir à l'agence de presse Interfax que la décision de Téhéran de porter plainte contre la Russie pour l'affaire des S-300 surprenait Moscou.

"Compte tenu des relations bilatérales traditionnellement amicales, il est surprenant que nos partenaires iraniens aient choisi un telle manière de faire", a indiqué M. Lukashevich.

Mahmoud Rera Sajjadi, ambassadeur d'Iran à Moscou, a déclaré mercredi dernier que Téhéran avait porté plainte contre Moscou à la Cour internationale d'arbitrage du fait que Moscou avait refusé de livrer à Téhéran les systèmes S-300.

M. Lukashevich a suggéré à l'Iran d'essayer de régler le différend par le dialogue direct, en soulignant que Moscou agissait conformément à la résolution de l'ONU.

"La Russie n'a pas été en mesure d'honorer le contrat concerné en raison de la résolution 1929 du Conseil de sécurité de l'ONU et du décret présidentiel russe 1154 signé le 22 septembre 2010", a-t-il expliqué.

Toutefois, M. Sajjadi a persisté à dire que le système S-300 ne tombait pas sous le coup de la résolution onusienne, laquelle interdit la vente à l'Iran d'armes conventionnelles, y compris les missiles, chars, hélicoptères militaires, avions de combat et navires de guerre.

L'Iran et la Russie ont signé le contrat sur les systèmes S-300 en 2007. Le président russe Dimitri Medvedev a signé en septembre 2010 un décret interdisant la livraison à l'Iran des armes et des équipements placés sur la liste d'embargo de la résolution de l'ONU.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Libye : la Chine proclame son soutien aux Nations-Unies
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon