Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.09.2011 08h28
Egypte : reprise du procès de Moubarak

L'ancien président égyptien Hosni Moubarak comparaîtra devant la justice pour la troisième fois lundi, aux côtés de ses deux fils et de l'ancien ministre égyptien de l'Intérieur Habib el-Adli, alors qu'un haut responsable et trois officiers de la police témoigneront lors de l'audience.

Selon Gamal Eid, un avocat représentant 16 des quelque 850 personnes tuées lors des manifestations qui ont eu lieu au début de cette année, l'un des témoins est un haut responsable de la police, le général Hussein Saeed Mohamed Mursi, qui travaillait dans le bureau des opérations de la police au moment des manifestations.

Dans une décision prononcée par le procureur général, le général avait été accusé d'avoir effacé des informations enregistrées, mais il est par la suite passé en position de témoin, a fait savoir M. Eid.

Les trois autres témoins appelés par la cour sont des officiers de police, qui travaillaient également dans le bureau des opérations au cours des manifestations qui ont duré 18 jours.

M. Moubarak est le premier dirigeant arabe renversé qui comparaît devant la justice en personne. Au cours des deux premières sessions, l'ancien président égyptien et ses deux fils ont nié toutes les accusations portées à leur encontre.

Dix avocats koweïtiens ont décidé samedi de défendre M. Moubarak en signe de gratitude pour son soutien au Koweït lors de l'invasion irakienne en 1990. Quatre d'entre eux seront autorisés à pénétrer dans la salle du tribunal lundi.

M. Moubarak est accusé d'implication dans la mort de manifestants et d'abus de pouvoir, ce qui est passible de la peine de mort.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Championnats d'athlétisme de Daegu : la délégation chinoise remporte ses meilleurs résultats depuis 18 ans
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient