Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 15.09.2011 15h12
Belgique : huit partis politiques trouvent un accord sur le dossier de la scission de la capitale

Elio Di Rupo, le président du Parti socialiste (PS) francophone désigné par le roi Albert II de Belgique pour la formation d'un nouveau gouvernement fédéral, a annoncé, dans un communiqué rendu public au petit matin de jeudi, que les huit partis politiques qui négocient la formation d'un gouvernement sont parvenus à un accord sur la scission de la capitale belge, à préciser l'arrondissement Bruxelles-Halle-Vilvorde (BHV).

Ce dossier épineux empoisonne la politique belge depuis des années.

Dans ce communiqué, M. Di Rupo a souligné que les huit partis politiques "ont réussi à franchir ensemble les obstacles qui ont créé les difficultés de ces derniers jours. Ils ont pu dégager un consensus sur les divers aspects relatifs à BHV. Même si le travail est encore loin d'être terminé et que de nombreux débats doivent être menés, l'étape franchie ce jour sur BHV, la réforme du Sénat et le vote des Belges à l'étranger constitue un pas important".

Après la conclusion de l'accord, M. Di Rupo a été reçu pendant une demi-heure par le roi Albert II. A l'issue de cette entrevue, un communiqué du Palais a confirmé que M. Di Rupo "a fait rapport sur les progrès des négociations".

Alexander De Croo, le président de Open VLD qui avait décidé en avril 2010 le retrait de son parti libéral flamand du cabinet Leterme II faute d'accord de dénouement du dossier BHV, s'est réjoui de l'accord trouvé. "Du 22 avril 2010 à aujourd'hui, il a fallu du courage pour se lever et parler. Il a fallu du courage pour s'asseoir et écouter", a-t-il écrit sur Twitter.

Depuis juin 2010, la Belgique se cherche un gouvernement, le pays étant dirigé par le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme qui gère " les affaires courantes". Le nouvel accord de principe a été conclu en l'absence de la plus grande formation politique en Flandre, la Nouvelle Alliance flamande (N-VA) dirigée par Bart De Wever, aux négociations.

La Belgique a depuis longtemps connu des crises à cause de BHV. Flamands et francophones se disputent et ne pouvaient s'entendre sur la scission de cet arrondissement qui englobe 19 communes bruxelloises et 31 communes flamandes dont six sont dites à facilités. Les communes bruxelloises sont bilingues, tandis que dans les communes flamandes, le flamand est la seule langue officielle sauf dans les communes à facilités où les francophones qui le désirent peuvent obtenir des facilités.

Pour la prochaine étape, les négociateurs vont discuter du refinancement de Bruxelles et du transfert des compétences.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Wen Jiabao: la Chine entend élever avec la France le partenariat stratégique sino-français à un nouveau niveau
La Chine veut avoir un rôle constructif en Libye
Le vrai prix du 11 septembre pour les Etats-Unis
La crise latente s'aggrave dans l'Union Européenne