Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.09.2011 13h15
Les pays du BRICS appellent le FMI à accélérer les réformes

Les ministres des Finances et gouverneurs de banques centrales de cinq économies émergentes, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud (collectivement les pays « BRICS »), ont appelé jeudi le Fonds monétaire international (FMI) à accélérer ses réformes en matière de quotas et de gouvernance.

« Nous sommes préoccupés par la lenteur des réformes de quota et de gouvernance au sein du FMI », ont déclaré les responsables économiques de ces cinq pays dans un communiqué commun à l'issue de leur rencontre en marge de la réunion annuelle 2011 du FMI et de la Banque mondiale à Washington. « La mise en oeuvre de la réforme 2010 prend du retard ».

Les 187 pays membres du FMI et de son institution financière jumelle, la Banque mondiale, avaient convenu en 2010 de modifier les quotas dévolus aux économies développées en faveur des économies émergentes. Le FMI s'était également engagé à renforcer sa surveillance, un élément majeur de sa réforme de gouvernance.

Toutefois, le processus de mise en oeuvre de ces réformes historiques reste lent, en raison de procédures juridiques et d' autres barrières au sein des pays membres.

« Nous devons également progresser dans une révision complète de la formule des quotas d'ici janvier 2013 et achever cette révision complète des quotas pour janvier 2014 », indique ce communiqué. « Cela est nécessaire pour accroître la légitimité et l'efficacité du Fonds ».

Ils ont également appelé la Banque mondiale à mobiliser davantage de ressources pour augmenter leur aide aux pays en développement.

La directrice générale du FMI Christine Lagarde a déclaré jeudi que l'économie mondiale était entrée dans une « nouvelle phase dangereuse », et que les différents pays devaient travailler ensemble pour faire face aux risques croissants.

Les pays du BRICS estiment que le problème immédiat de l'économie mondiale est « de revenir à la croissance dans les pays développés ».

« Il est nécessaire de maintenir la coopération et la coordination en matière de politiques internationales » et de « s' engager à travailler avec la communauté internationale », ont-ils fait valoir.

Ils ont souligné qu'ils étaient « prêts à envisager, si nécessaire, d'offrir un soutien par le biais du FMI ou d'autres institutions financières internationales pour faire face aux défis actuels pour la stabilité financière internationale, selon les circonstances spécifiques de chaque pays ».

Ce communiqué appelle également les économies avancées à adopter « des politiques macroéconomiques et financières responsables, à éviter de générer un excès de liquidité mondiale et à entreprendre des réformes structurelles pour soutenir la croissance, créer des emplois et réduire les déséquilibres ».

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine et le Laos s'engagent à promouvoir leur partenariat stratégique
Le 6e forum international des médias en langue chinoise tenu à Chongqing
Les pressions sur la devise chinoise se fondent sur une erreur (COMMENTAIRE)
Pourquoi la Chine est-elle toujours attaquée lors des élections présidentielles aux Etats-Unis ?