Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 08.10.2011 08h26
L'OCDE révise à la légère hausse sa croissance au 2e trimestre 2011

Le produit intérieur brut (PIB) réel a progressé de 0,3% dans la zone OCDE (34 pays) au deuxième trimestre de 2011, soutenu par l'investissement, selon les chiffres publiés par l'organisation à Paris.

En août dernier, l'OCDE avait signalé une croissance de 0,2% dans sa zone au deuxième trimestre, contre les 0,8% enregistrés au trimestre précédent.

La croissance du PIB au deuxième trimestre a été notamment soutenue par la formation brute de capital fixe, qui a apporté une contribution de 0,2 point de pourcentage, a indiqué l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique).

La contribution de la consommation privée a continué à ralentir au deuxième trimestre de 2011. Avec 0,1 point de pourcentage, la contribution de la consommation privée est revenue à son niveau le plus bas depuis le deuxième trimestre de 2009.

La contribution négative des exportations nettes a amoindri la croissance globale du PIB de 0,1 point de pourcentage, a précisé l'OCDE.

Aux Etats-Unis, l'investissement a apporté 0,2 point de pourcentage à la croissance globale du PIB au deuxième trimestre de 2001, après une contribution négative au premier trimestre de l'année. Cependant, la contribution de la consommation privée s'est affaiblie de manière significative dans la première économie mondiale.

En France, en Allemagne et au Royaume-Uni, le ralentissement de la consommation privée a retiré 0,4 point de pourcentage à la croissance du PIB.

En France, la forte contribution des exportations nettes et la contribution positive de l'investissement ont compensé cet effet.

En Allemagne et au Royaume-Uni, les exportations nettes ont contribué négativement à la croissance globale, effet toutefois atténué par les contributions positives liées à la reconstitution des stocks, et à la consommation des administrations publiques et à l'investissement au Royaume-Uni.

En Italie, les exportations nettes ont continué à guider la croissance mais l'écoulement des stocks a limité de manière significative l'expansion du PIB.

Au Canada, les exportations nettes ont tiré la croissance vers le bas, mais leur impact a été partiellement compensé par les contributions positives apportées par la reconstitution des stocks et l'investissement.

Au Japon, les exportations nettes ont également freiné la croissance, mais les contributions positives liées à la consommation des administrations publiques et à la reconstitution des stocks, associées à des contributions nulles de la consommation privée et de l'investissement, ont permis de limiter la contraction du PIB à moins 0,5% au deuxième trimestre de 2011, par rapport à un recul de moins 0,9% au trimestre précédent.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine commence la livraison d'une aide alimentaire importante au Kenya
La loi américaine sur la devise chinoise fait plus de mal que de bien : médias américains
La Chine a naturellement ses nobles ambitions
Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation