Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.10.2011 13h16
France/présidentielle : le PS uni derrière François Hollande, la droite minimise cette victoire

Suite à la victoire dimanche soir de François Hollande au second tour des primaires socialistes, le Parti socialiste français (PS) affiche son unité tandis que la majorité dénonce un programme socialiste fondé sur "l'illusion".

"Cette victoire me confère la force et la légitimité pour préparer le grand rendez-vous de la présidentielle", a déclaré dimanche soir devant la presse le vainqueur de la primaire socialiste avec 56,6% des voix.

Sa rivale, Martine Aubry, qui occupe les fonctions de première secrétaire du parti, a déclaré, lundi matin, que «le PS sera uni pour battre Nicolas Sarkozy en 2012», ajoutant que la droite ne pourra pas « miser » sur des divisions au sein de sa formation politique.

Mme Aubry avait d'ailleurs affirmé dimanche soir : « Je mettrai toute mon énergie et toute ma force, et avec moi celle de tous les socialistes, pour que dans sept mois (M. Hollande) soit le nouveau président de la République ».

Les autres membres importants du PS ont, eux aussi, appelé au rassemblement derrière leur candidat présidentiel, désigné au terme d'un scrutin, dont le second tour a mobilisé 2,86 millions de votants.

Arnaud Montebourg, candidat arrivé troisième au premier tour du scrutin et soutien de M. Hollande au second tour, a déclaré que son action en faveur du vainqueur sera guidé par trois exigences : « loyauté, fermeté et engagement ».

Pour Ségolène Royal, évincée au premier tour des primaires, « l' heure est au rassemblement joyeux autour du candidat qui arrive largement en tête ». Manuel Valls, autre candidat éliminé lors du premier tour, voit en M. Hollande « un espoir pour tourner la page du sarkozysme, et aussi pour le Parti socialiste et les radicaux de gauche ». Selon le président du groupe PS à l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault, les primaires socialistes, qui étaient ouvertes à tous les citoyens français, ont montré « une dynamique incroyable », qui devrait « changer la façon de faire de la politique en France.

« Il y a un besoin des citoyens de s'exprimer, de donner leur avis. L'hyper-présidence, c'est fini », a-t-il assené, faisant allusion au chef d'Etat français actuel, Nicolas Sarkozy.

A droite de l'échiquier politique français, le ton est davantage à la minimisation de cette victoire socialiste et du potentiel de M. Hollande face au président sortant.

La porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, a dénoncé dimanche soir « une surenchère de fausses promesses de dépenses irresponsables » au cours des primaires ainsi qu' « un programme fondé sur l'illusion, l'illusion qu'on peut vivre avec de la dépense publique et à crédit ».

Pour le secrétaire général de l'UMP – le parti de M. Sarkozy – Jean-François Copé, M. Hollande renvoie « l'image de quelqu'un qui a du mal à prendre des décisions difficiles ».

Quant au conseiller spécial du président, Henri Guaino, il l'a décrit, sur la radio RTL, comme « quelqu'un d'extrêmement prudent, assez orthodoxe, pas très audacieux, pas très transgressif ».

La présidente du parti d'extrême-droite, le Front national, Marine Le Pen, a, pour sa part, renvoyé dos à dos le candidat du PS et celui de la majorité, affirmant que M. Hollande est « quelqu' un qui, comme Nicolas Sarkozy, est un champion du mondialisme le plus féroce, du fédéralisme européen, de la soumission de la France à l'ensemble des diktats imposés par les grandes puissances financières et aussi un champion de la dette ».

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Nouvelles principales du 17 octobre
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les Etats-Unis doivent faire preuve de clairvoyance et de lucidité quant au but réel de leur « retour en Asie »
Les Etats-Unis doivent faire preuve de clairvoyance et de lucidité quant au but réel de leur « retour en Asie »
La dure réalité de « taobao boutiques blessées » : nécessité de la souffrance de la transition brutale
Sanctionner la Chine n'apportera rien de bon à l'emploi aux Etats-Unis