Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 20.10.2011 09h14
La France entame son retrait des militaires d' Afghanistan

Le retrait de l' armée française d' Afghanistan annoncé en juillet dernier par le président français Nicolas Sarkozy a débuté avec le départ mercredi de 200 soldats, a confirmé le ministre français de la Défense Gérard Longuet.

"C' est la volonté du président de la République, il l' a exprimée très clairement au mois de juillet dernier", a fait savoir mercredi le ministre au micro de France Inter.

"Les Etats-Unis, qui sont leader de cette coalition ont opéré un retrait, nous opérons un retrait proportionnel. Comme nous sommes beaucoup moins importants qu' eux en Afghanistan, nous retirons moins mais nous retirons à proportion de ce que nous avons dans ce pays", a-t-il poursuivi.

M. Longuet a en outre expliqué que la France peut entamer ce retrait car "les secteurs dont (elle a) la charge vont être transférés à l' armée afghane, qui a une réalité sur le terrain et qui assume la fonction de sécurité."

Selon des informations de l'ambassade de France en Afghanistan, la France, présente en Afghanistan depuis 2001, compte 3 850 hommes déployés au sein de la Force Internationale d' Assistance à la Sécurité (FIAS).

En juillet dernier, Nicolas Sarkozy avait annoncé un retrait le départ de 1 000 soldats d'ici à la fin 2012 et de l'ensemble des troupes françaises en 2014.

Au total, 75 soldats français ont été tués depuis 2001 dans le pays, dont 17 entre le 1er juin et le 17 septembre 2011.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Détrompez-vous et cessez de vous enferrer dans votre absurde idée de la « non transparence »
Nouvelles principales du 19 octobre
Les Etats-Unis jouent au voleur volé en accusant la Chine d'être « manipulatrice de taux de change »
Détrompez-vous et cessez de vous enferrer dans votre absurde idée de la « non transparence »
L'heure n'est pas à la baisse des taux